Propreté intellectuelle


Dans quatre jours, les Jeux des îles vont se terminer. Le public comme les athlètes ont vécu des moments intenses et des échanges humains enrichissants. Les visiteurs ont pu se faire une idée de Madagascar. Ils ont été éblouis par la qualité des infrastructures même si tout n’a pas été parfait au niveau de l’organisation. Côté résultats, Madagascar va terminer premier sauf incident avec en prime un record des Jeux au nombre de médailles d’or. C’est ce que l’histoire retiendra surtout, outre la cérémonie d’ouverture et de clôture, de toute beauté. Malgré tous les problèmes enregistrés, on peut dire que le pari a été gagné pour Madagascar. Les Jeux des îles ont été l’occasion pour divers secteurs de mettre du beurre dans les épinards. Les hôtels ont fait le plein. Les transporteurs ont réalisé en dix jours leur chiffre d’affaires de l’année. Les vendeurs d’arts malagasy ont été aux anges après trois années de vache maigre. Maintenant, il ne faut pas s’endormir sur ses lauriers. Le travail doit continuer pour les athlètes en vue d’autres échéances à l’image des Barea qui jouent le dernier match éliminatoire de la Can dès le 7 septembre. Si le système de ministre coach a été efficace, il faut le pérenniser au-delà des Jeux des îles. Et ce n’est pas tout. Le bel élan dans la réfection des rues de la capitale doit être maintenu. Comme les travaux ne sont pas encore terminés, il faut se projeter dans l’avenir et faire en sorte que les rues résistent aux premières pluies prévues en octobre. Sinon c’est l’éternel retour à la case départ. Il en va de même de l’assainissement de la ville. Les ministres et les militaires ont donné l’exemple, balai en main. Là aussi, il faut en faire une tradition hebdomadaire ou mensuelle sauf que tout le monde doit y participer. Si Kigali, la capitale du Rwanda figure parmi les villes les plus propres du monde, c’est grâce à des travaux d’intérêt général hebdomadaire obligatoire pour tous les habitants. Sanction infligée aux détenus à l’origine, les travaux d’intérêt général ont été élargis à l’ensemble de la population. Les résultats ne nécessitent aucun commentaire. La réussite d’une telle initiative dépend surtout de l’état d’esprit de toutes les composantes de la société. Il faut bien comprendre qu’il s’agit de travaux d’intérêt général. Autrement dit, il faut d’abord que tout le monde soit animé d’une propreté intellectuelle.
Plus récente Plus ancienne