Social

Visite apostolique – Des difficultés pour l’hébergement

Une vingtaine de paroisses accueilleront les milliers de pèlerins pendant la visite du Pape François. Elles font face à des problèmes d’infrastructures d’hygiène.

Le strict minimum. Les travaux d’aménagement des sites d’hébergement des centaines de milliers de pèlerins battent leur plein au niveau des paroisses qui sont chargées d’accueillir ces fidèles, avant les événemen ts à Soamandrakizay le 7 et le 8 septembre. Certains de ces pèlerins arriveront avant ces dates, donc, l’Église catholique a préparé pour eux, des endroits pour les héberger.

Les bancs des salles de classe et des salles d’œuvre où séjourneront les pèlerins, ont été déjà déplacés pour donner un grand espace libre dans lequel des centaines de personnes vont pouvoir dormi r à Tsaramasay ou à Antohomadinika, entre autres. Ces fidèles catholiques devront apporter des sacs de couchage pour dormir par terre, car les églises n’ont pas préparé de lit. L’assainissement des lieux a, en outre, déjà commencé. Au cours des travaux, pourtant, les responsables sont confrontés à des difficultés qui ne pourront pas être réglés à leur niveau. Normalement, les paroisses ne devraient offrir que le strict minimum, à savoir, un espace pour dormir, des infrastructures d’hygiène et dans les meilleurs des cas, un lieu pour préparer à manger ou des repas vendus au « bon prix ».

Arrivée précoce

Mais les infrastructures d’hygiène posent problèmes, notamment, l’approvisionnement en eau. « On ne sait pas encore comment on va s’organiser avec les trois mille huit cents personnes de la province de Fianarantsoa qui vont venir chez nous. Le débit d’eau est très faible. Ce serait bien si la Jirama pourrait renflouer le stock », indique le Père curé de la paroisse Antohomadinika, Robert Randriamanama­- henina. À la paroisse des 67 Ha, des toilettes et des douches temporaires seront à construire pour assurer l’hygiène des deux mille cinq cents fidèles d’Antsiranana. À Tsaramasay, des barriques seront installées pour stocker l’eau. L’installation de l’électricité est aussi une autre mission qui attend les hôtes, essentiellement, dans les zones rouges comme à Antoho­madinika.

Les premiers pèlerins arriveraient dès lundi. C’est le cas, notamment, pour la paroisse d’Antohomadinika qui va accueillir une vingtaine de fidèles, le 1er septembre. Mais la plupart des paroisses ne seraient pas encore informées de la date exacte de l’arrivée de leurs invités. En tout cas, la plupart d’entre eux souhaitent que les pèlerins n’arrivent que le samedi 7. Cela va être une occupation de trop. Ils souhaiteraient se concentrer à la visite du Pape. « On nous a informé que nos invités vont débarquer dès le vendredi. Alors qu’au début, on n’a pas prévu de les héberger car ils ne devraient arriver que le samedi, pour aller tout de suite au site Soamandrakizay », indique Andry Randrianarisoa, président de l’Ecar à Tsaramasay. À Soamandrizay, les infrastructures sont adaptées aux besoins de tous. On y trouve des toilettes, des douches, pour les pèlerins qui vont assister à la veillée du samedi.