Economie

Redevance minière – Les ristournes arrivent au compte-gouttes

À l’exemple d’Ambohibary, d’autres communes doivent jouir des redevances d’Ambatovy. Des avantages qui tardent à impacter sur les collectivités.

Aboutissement. Le marché d’Ampitabe dans la commune rurale d’Ambohibary Moramanga a été inauguré hier par les premiers responsables du financement et les autorités locales. Une occasion pour ces derniers de mettre en exergue l’avancement des projets de constructions d’infrastructures que la commune est en train de mettre en place notam­ment grâce à la perception de la redevance minière versée par la société Ambatovy à leur endroit. « Jusqu’à présent, les habitants de la localité devaient effectuer quelques kilomètres pour s’approvisionner. La construction de cette nouvelle installation commerciale contribuera, d’une part, à améliorer le niveau de vie des habitants et, d’autre part, à ouvrir une nouvelle dimension aux producteurs locaux tout en offrant un débouché plus proche », explique Ichiro Osagawara, ambassadeur du Japon, principal contributeur du projet. Selon le diplomate, c’est par l’entremise de la Sumitomo Corporation, une société japonaise et le principal actionnaire d’Ambatovy, que la commune rurale d’Ambohibary a présenté à l’Ambassade du Japon un projet de la construction d’un marché communal pour lui en solliciter le financement.

Concrétisation
Le budget de construction du marché provient ainsi du financement direct des japonais et non issus des redevances reçues par la commune au même titre que le centre de santé de base (CSB) qui a été construit dans le cadre des actions sociales d’Ambatovy.
« La signature de financement de ce projet a été effectuée en 2017. A l’époque où les ristournes d’Ambatovy se faisaient attendre. C’est seulement l’année dernière que la perception a été officialisée. Depuis nous avons reçu des avis de crédit de la part du trésor. Ce qui nous a permis de mettre en place des idées de projet en vue de l’utilisation de cette ristourne que nous allons percevoir », souligne Randriamahadera Noelson, maire de la commune d’Ambohibary. Qui rajoute « nous étions dans l’obligation d’effectuer un rajout sur le budget dans la mesure où les avis de crédit arrivent au compte-gouttes par rapport aux envergures des budgets prévisionnels établis pour nos projets de construction d’infrastructure ». Le développement de cette commune et des nombreux autres bénéficiaires dépend ainsi de l’effectivité de perception de ces redevances qui peinent à se concrétiser totalement. Le paiement de cette redevance d’un montant de soixante et un milliards ariary a déjà été effectué par la société Ambatovy suite à la récente publication par l’État malgache des textes réglementaires définissant le taux de répartition pour chacune des collectivités bénéficiaires.

Conformément à ces dispositions, ces ristournes seront réparties à 10% pour un fonds national de péréquation ; 60% pour les collectivités territoriales décentralisées, dont 60% à distribuer aux 20 communes, 30% aux deux régions concernées que sont Alaotra Mangoro et Atsinanana et 10% à la Province de Toamasina.