Accueil » A la une » Nouvelle ville – Un géant émirati s’occupe de Tanamasoandro
A la une Politique

Nouvelle ville – Un géant émirati s’occupe de Tanamasoandro

Le  ministre  Edgard  Razafindravahy  a  paraphé  les documents  au  nom  de  l’État  malgache.

Le groupe Al Jaber s’aligne pour soutenir la concrétisation du projet Tanamasoandro. Un mémorandum d’entente dans ce sens a été signé, hier, à Abu Dhabi, capitale des Emirats arabes unis.

Un partenaire”. Tel est le terme utilisé dans les in for – mations venant d’Abu Dhabi, capitale des Emirats arabes unis, au sujet de l’implication du groupe Al Jaber dans le projet Tanamasoandro. Ce géant de la construction qui est, de prime, en bonne position pour la réalisation de la construction de la nouvelle ville qui sera localisée à Imerintsiatosika.

“Un mémorandum d’entente”, pour affirmer la volonté des deux parties à formaliser “le partenariat”, sur le projet Tanamasoandro, a été acté à Abu Dhabi, hier. Un acte paraphé par Edgard Razafindravahy, ministre de l’Industrialisation, du commerce et de la consommation, du côté malgache et Mohamed Obaid Al Jaber, vice-président du groupe Al Jaber, pour la société émirati. Une cérémonie sous la houlette de Andry Rajoelina, président de la République, d’une part et Obaid Khaleefa Al Jaber Al Marri, président du groupe Al Jaber, d’autre part.

Faisant suite à l’acte paraphé, hier, un bureau de pilotage de la concrétisation du projet Tanamasoandro sera ouvert à Madagascar. Les informations communiquées n’indiquent pas quand est-ce qu’un accord de partenariat sera formalisé, ni ses conditions, ou encore, le coût et le début des chantiers. Ce sera au bureau qui sera installé dans la Grande île de peaufiner tous ces points. Il serait même chargé de la supervision des travaux. Le gouvernement y sera représenté par le biais du secrétariat d’État en charge des nouvelles villes et de l’habitat.

Avant le paraphe de l’acte, hier, les responsables du groupe Al Jaber conduits par leur big boss, en personne, ont effectué une opération de charme afin de convaincre la délégation malgache. Ils ont présenté une stratégie de concrétisation du projet Tanamasoandro, “adaptée aux besoins et aux réalités malgaches”. Selon les informations venant d’Abu Dhabi, il s’agit d’un projet “clé en main”. La compétitivité en termes de qualité, de durabilité, de coût et de vitesse d’exécution a été soulignée. Pareillement sur le respect des normes environnementales.

Recrutement massif

Durant la séance d’opération de charme, hier, l’envergure du groupe Al Jaber a, également, été mise en avant. Sur son site web, il se présente comme “un groupe d’entreprises privé et multidimensionnel (…) qui s’est développé pour atteindre le statut de leader du marché dans les industries et les secteurs dans lesquels il opère”. Créé au début des années 70, le groupe s’aligne comme un des principaux fournisseurs d’ingénierie de construction et de logistique “avec la réputation de livrer des projets de qualité, en toute sécurité, dans les délais et dans les limites du budget”.

L’autre argument qui a fait mouche durant l’opération séduction d’hier porte sur les ressources humaines pour la réalisation du projet. Seuls 3 à 5% du personnel seraient ainsi des étrangers a été affirmé, hier. Al Jaber s’engage à recruter massivement des Malgaches. Le groupe affirme même avoir l’intention de dispenser des formations à ceux qui n’ont pas d’expérience ou le savoir-faire nécessaire aux besoins des travaux. Des quartiers pour loger et former les techniciens et ouvriers seront ainsi installés sur le chantier. Ce qui permettra, également, de maintenir une cadence de travail constante.

S’agissant des matières premières et des matériaux nécessaires au chantier, les ressources malgaches seront, également, mises à contribution afin de limiter les coûts, selon les explications. La mise en place de six usines “de support et de soutien”, qui produiront des matériaux nécessaires aux travaux figure dans le plan d’exécution du projet Tanamasoandro, présenté hier.

3 commentaires

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter

  • là vous allez souffrir, quand on voit comment les travailleurs étrangers sont traités dans les pays du golf, je redoute de gros gros problèmes !!!

  • Tsy manan-kohanina ny Malagasy, eny amin’ny toeram-panorenana, mihamaro hatrany amin’ny fananganana trano, tena hozatra noho ny saina, ho azy ireo mahantra, satria ho mpiasa, tsy misy sekoly matotra. Firy dolara no ho lany amin’ny sakafo hohafarana, indrisy noho ny tsy fahampian’ny famokarana vary eto Madagasikara.

    Ary ny tena manahiran-tsaina hoe iza no hipetraka ao amin’ireo trano ireo indray mandeha miaraka amin’ny karama farany ambany $ 55 eto Madagasikara sy fianakaviana misy olona efatra ka hatramin’ny dimy tsy misy kibo nanomboka tamin’ny 1976 ary ny taham-pahafatesana tsy nisy vaksiny fototra nanomboka tamin’ny 1972 ho an’ny zaza vao teraka?