Accueil » Actualités » Vaccin contre la covid-19 – Ravalomanana condamne l’attentisme
Actualités

Vaccin contre la covid-19 – Ravalomanana condamne l’attentisme

Marc  Ravalomanana  ne  lâche  pas  le  morceau  vaccin.

L’inscription de Madagascar sur la liste des bénéficiaires du vaccin de l’alliance Covax semble loin d’être une réalité.

Ce n’est pas encore cette semaine ou dans un mois que la première livraison de vaccins offerts par l’alliance Covax va avoir lieu. Le 26 mars 2021, le ministre de la Santé avait bien écrit une lettre au Chief Executive Officer de GAVI pour « manifester notre volonté de nous inscrire officiellement au mécanisme». Mais il n’a pas manqué de souligner que Madagascar est « dans une posture d’observation », confirmant ainsi la première position du Président, et « suit de près la situation mondiale en matière de prévention et a déjà pris acte de cette initiative ». En clair, l’inscription n’est pas encore vraiment actée mais reste « une volonté ».

Le gouvernement malgache ne dit pas clairement qu’il refuse la vaccination pour ne pas aller ouvertement contre les recommandations de l’OMS , mais l’attentisme dont il fait preuve ressemble beaucoup à un « refus déguisé » alors que la situation de la pandémie sur le terrain continue de se dégrader de jour en jour.

« Devant cette pandémie internationale, la majorité des États dans le monde s’accordent sur le fait que la vaccination de masse est la seule issue possible pour y faire face et la vaincre, aussi s’évertuent-ils à vacciner leurs citoyens, sur la base du volontariat, cela va sans dire. À cet égard, la position du gouvernement malgache nous semble curieuse sinon suspecte », déclare Marc Ravalomanana, président de la plateforme de l’opposition, interrogé sur la situation.

Des questions

Ravalomanana dénonce ainsi que l’État fait preuve d’un attentisme inexplicable malgré le ravage actuel de Covid-19. Il avait d’abord évoqué une phase « d’observation » et a préconisé l’usage du CVO validé par aucune autorité sanitaire et dont l’efficacité suscite toujours des questions au vu de la recrudescence de l’épidémie. « Puis sous la pression tant de la communauté internationale que de l’opposition locale et de différentes ONG, il a semblé reconnaître qu’il fallait prendre d’autres mesures mais qu’il allait d’abord consulter la communauté scientifique locale ; entre temps le nombre de contaminations et de morts dus à l’épidémie augmente de jour en jour », conclut-il.

Commenter

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter