Accueil » A la une » Épidémie de coronavirus – Les formes graves envahissent les hôpitaux
A la une Social

Épidémie de coronavirus – Les formes graves envahissent les hôpitaux

Un malade emmené au CTC Soamandrakizay

Trouver une place pour un porteur du virus de Covid-19 qui développe la forme grave de la maladie, se complique. Les patients doivent aller d’un hôpital à un autre, comme lors des précédentes vagues de l’épidémie. La grande majorité des lits des centres hospitaliers universitaires (CHU) qui prennent en charge les cas graves, seraient occupés. « On nous a demandé d’aller dans un centre de traitement de Covid-29 (CTC), car cet hôpital n’aurait plus de place pour les personnes qui ont besoin d’oxygène », regrette une femme dont le mari est asphyxié.

Les personnes présentant les symptômes de la forme grave de la maladie à coronavirus qui arrivent dans les hôpitaux, en ce moment, seraient nombreuses. « Aujourd’hui (ndlr: hier), nous avons accueilli une dizaine de malades. Il n’y a presque plus de place avec ces nouveaux entrants. », confie un professionnel de santé qui travaille dans le service des urgences d’un CHU.

Pousser les murs

Un médecin précise. « Nous ne voudrions pas refuser de patients. Mais notre capacité est limitée. Si nous continuons à accueillir alors que tous les lits sont occupés, les malades ne bénéficieront pas des soins nécessaires. Les formes graves ont besoin de source d’oxygène », souligne cette source.

La disponibilité des lits pour les formes graves dépend, surtout, de la guérison ou de la mort d’un patient.

Des CHU ont « poussé leurs murs », pour accueillir plus de patients, selon une source au sein du ministère de la Santé publique. Le CHU Andohatapenaka, entre autres, peut accueillir quarante-cinq patients, actuellement, contre quarante, auparavant. Il a rajouté des lits supplémentaires, il y a quelques jours. Hier, cet hôpital avait quelques lits libres. Les CTC-19 au Village Voara Andohatapenaka et à Soamandrakizay peuvent, également, accueillir les malades en détresse respiratoire. Le ministère de la Santé publique affirme que ces deux CTC-19 ont encore plusieurs places disponibles . Pour le CTC-19 à Soamandrakizay, ouvert depuis lundi, plus de la moitié de sa capacité serait encore libre. L’ouverture d’autres CTC-19 ne serait pas encore en programme, selon une source au sein de ce ministère. Plus de deux-cents malades qui développent la forme grave de la Covid-19 sont, actuellement, hospitalisés.

Commenter

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter