Accueil » A la une » Risque éboulement Manjakamiadana – Le danger guette les habitants de la Haute ville
A la une Social

Risque éboulement Manjakamiadana – Le danger guette les habitants de la Haute ville

Les  rochers  en  altération  ne  pourront  pas  être  enlevés.

Les habitants au pied de la Colline de Manjakamiadana vivent dans l’inquiétude quotidienne dès que la pluie commence à tomber.

Après quelques jours de pluie dans la capitale, les habitants des zones hautes de la capitale ne sont pas à l’abri du danger, Les grands rochers en altération risquent de s’écrouler à tout moment. Sur les versants Est et Ouest de la colline de Manjakamiadana, près d’une douzaine de fokontany sont directement exposés au risque d’éboulement. Les rochers dangereux ne pourront plus être désintégrés, selon l’étude du BNGRC. À la différence des rochers qui ont été enlevés dans quelques zones, ceux du fokontany d’Antsahondra ne pourront pas subir les travaux de déroctage prévus.

Les habitants n’ont donc qu’une seule option, quitter les lieux. Pour l’instant, personne n’est parti, même si certains vivent dans la peur et se préparent à l’évacuation. « On se prépare à partir mais on ne peut pas laisser nos biens là », indique Lalaina, une habitante près d’un rocher. Au niveau des deux versants, près de mille quatre-cent quatre-vingt-dix toits sont concernés par le risque de glissement et d’éboulement des rochers. Récemment, des bandes rouges ont été mises au niveau des maisons se trouvant à 50 ou 70 mètres des rochers de Manjaka­miadana. L’évacuation est imminente.

Plan d’évacuation

Du côté du BNGRC, le plan d’évacuation par rapport aux risques d’éboulement et de glissement de terrain a été mis à jour. Les sites de sensibilisation sont déjà répertoriés pour répondre en cas de besoin. « Nous disposons de sites d’évacuations et ils sont plus de trois cents actuellement », a livré une source auprès du BNGRC. Les comités de gestion des risques et catastrophes seront redynamisés pour prévenir dans les zones à risques. « Nous avons déjà effectué la sensibilisation communautaire, notamment au niveau de chaque fokontany. La prochaine étape est de livrer les consignes auprès des comités de gestion des risques et catastrophe », enchaîne la source. Les poses de drapeaux rouges seront effectuées sur les lieux. L’évacuation manu militari pourrait s’opérer dans la mesure où des récalcitrants persistent à occuper les lieux en danger.

Commenter

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter