Accueil » A la une » Relance post-crise sanitaire – Madagascar mise sur l’industrialisation
A la une Politique

Relance post-crise sanitaire – Madagascar mise sur l’industrialisation

Andry Rajoelina a classé l’industrialisation parmi ses Velirano.

Par le biais du président de la République, Madagascar a pris part, en ligne, à la conférence de l’ONUDI, hier. Il a mis l’accent sur la stratégie de relance post-crise de la Grande île, basée sur l’industrialisation.

Une économie autonome. Telle est la finalité de la stratégie d’industrialisation soutenue par Andry Rajoelina, président de la République, durant sa prise de parole durant la XIXe conférence de l’Organisation des Nations Unies pour le développement industriel, hier. Un événement qui s’est déroulé par visioconférence, en raison des restrictions sanitaires, conséquences d’un relent de la pandémie du coronavirus.

« L’industrialisation est stratégique pour l’Afrique et pour Madagascar, en particulier, afin que notre économie soit autonome », déclare le locataire d’Iavoloha, face à ses pairs qui se sont succédé dans les prises de parole. L’industrialisation que le chef de l’État présente comme un pilier de la relance économique après la crise sanitaire.

Il souligne, en effet, le constat selon lequel les pays qui dépendent de l’importation sont ceux qui souffrent le plus des conséquences économiques de la pandémie. Et c’est toujours le cas jusqu’ici.

Comme le rappelle Andry Rajoelina, en effet, la hausse de façon exponentielle des frais de transports internationaux conduisent à un bond de l’inflation au niveau mondial. Dans son allocution, le Président ajoute, que certes, la crise sanitaire n’est pas encore terminée et qu’il faudra du temps pour réparer les dégâts qu’elle cause à l’économie.

Mais, il soutient qu’il faut, dès maintenant, mettre en œuvre des programmes économiques pour une relance rapide et la construction d’une économie plus solide. Aussi, la Grande île mise sur l’autosuffisance par l’industrialisation, selon le chef de l’État.

Secteur prioritaire

« À Madagascar, nous relevons ce défi avec la mise en place d’une politique industrielle pertinente. Nous allons produire localement tout ce dont les Malgaches ont besoin au quotidien et renforcer la compétitivité de la Grande île sur le marché régional et continental en créant de la valeur ajoutée », affirme alors le locataire d’Iavoloha. Il parle, notamment, de développement d’industrie stratégique, produisant des produits essentiels à la vie quotidienne de la population.

Dans ce sens, Andry Rajoelina déclare que l’État travaille, depuis deux ans, à la mise en place d’usines pour l’industrialisation de la production de sucre, de l’huile alimentaire, de la farine de blé et de ciment, afin de répondre aux besoins du pays. Face à ses pairs qui ont pris part à la conférence en ligne de l’ONUDI, hier, Andry Rajoelina lance, je peux déclarer aujourd’hui, avec satisfaction que d’ici 2023, Madagascar sera autosuffisant pour le sucre, la farine de blé, l’huile alimentaire et le ciment.

Comme indiqué précédemment, l’État table sur le fait que la stratégie de relance doit, également, contribuer à construire une économie plus solide et plus résiliente. Il ajoute que le programme de relèvement post-crise doit, aussi, assurer des moyens de subsistance aux plus vulnérables.

Dans cette optique, ainsi, le secteur prioritaire est la mise en place de pépinière industrielle dans chaque région, en vue de créer la coopération de production régionale pouvant aboutir au développement de filière et de croissance économique locale, indique le président Rajoelina. Un axe de travail sur lequel s’applique le ministère de l’Industria­lisation, du commerce et de la consommation, depuis sa prise en main par le ministre Edgard Razafindravahy.

Dans son discours à la conférence de l’ONUDI, hier, le président de la République bétonne la politique industrielle mise en œuvre par le département ministériel y afférent. Dans son allocution, le locataire d’Iavoloha a, également, soulevé le déploiement du programme One district, one factory (ODOF), dont le but est de redynamiser le secteur de l’industrie dans la Grande île et promouvoir la consommation locale.

À entendre le Président, Madagascar compte, également, booster la production et la présence de Madagascar sur le marché de produits d’exception.

Comme produits d’exception, le chef de l’État cite, entre autres, la vanille, le caviar, ou encore, les langoustes, les gambas et le cacao. « Nous allons également promouvoir des chaînes de valeur à fort potentiel pour promouvoir la Grande île et faire émerger le label made in Madagascar », avance-t-il alors. Le locataire d’Iavoloha ajoute, que Madagascar veut, aussi, une industrialisation inclusive et qui répond aux défis des changements climatiques, ainsi que le développement durable.

Prenant l’exemple de l’usi­ne NUTRISUD, Andry Rajoelina parle, notamment, d’industrie qui devra apporter des solutions aux problèmes de l’insécurité alimentaire.

5 commentaires

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter

  • Quel charabia !
    A-t-il compris ce qu’on lui fait lire ?
    Industrialiser avec quel moyen, on n’a rien lu ni vu à ce sujet dans la LF2022, lexpress peut éclairer et apporter des explications?

  • L’industrialisation ?
    Du sucre de canne : c’est ça l’autosuffisance alimentaire de Madagascar
    De la vanille dans les assiettes tous les jours !
    Le langouste, encore mieux du caviar à traiter avant de pouvoir emballer et vendre, produit de luxe pour le petit déjeuner tous les jours !

    Le cacao boisson énergétique et chocolat récréative : Oui,
    il a oublié le café puisque Madagascar ne sait même ce que ça représente en consommation journalier dans le monde, comme comment le décaféiner: «  »la mer à boire, encore ».

    Le gambas, soit, à condition que les pêches illégales cessent avec les contrat « sauvages », encore c’est la produit qui est cher pour 50€ de smic à Madagascar, même si elle est la productrice.
    Evidement sans être humble et sage, les crevettes et les poissons classiques à protéger pour nourrir la population avec la famille moyenne de 3 à 6 enfants.

    La cerise amère sur le gâteau oublié le programme pour LE RIZ en autosuffisance alimentaire. La principale ressource de vie des Madagascar. Est-ce pour ne pas réveiller la Dette pakistanaise, Indienne non probablement payée depuis les premières livraison il y plus de deux ans maintenant.

    • Salama namako ô,
      Tsy fombàna an’iza n’iza fa rehefa dinihina akaiky dia manana ny fahamarinana avokoa ireo niteny ireo. Mitsaotsaona loatra ve isika sa ahoana e? Atao daholo fotsiny izay hampandraotra ny raharaha (on fait tout du moment que ça mousse »), miendrika tsara kanefa maloto tsy mitombona izay hambara.
      Izahay mandinika ary resy lahatra fa fahanana lalitra ny Filoha ka mahatonga ny sasany hilaza hoe: mba fantan’ilehio ve izay lazainy e sa boloky?
      Zahay aloha resy lahatra fa izay nambara dia miendrika kobaka ambava daholo e. Fa tenin’ny olondehibe moa ka …sady kabary tsy valina. Ny anay dia izao ihany e: NY OLONA NO AZO FITAHINA FA ANDRIAMANITRA MAHITA NY AO AMPO TSY MILAOKA.
      Tsy entina anbahana fa entina handiniha-tena
      Mahereza e