Accueil » A la une » Sambava – Il tue sa fille d’une balle
A la une Faits divers

Sambava – Il tue sa fille d’une balle

Le  fusil  avec  lequel  le  père  de  famille  a  abattu  sa  propre  fille.

Un père de famille, ancien responsable pédagogique dans le district de Sambava, a mortellement blessé sa fille, samedi. Il l’a surprise avec son petit ami.

TRAGIQUE. Une adolescente de 14 ans a été tuée par son propre père, un ancien chef de circonscription scolaire (Cisco), samedi vers 20 heures, à Sahamazava-Sarahandrano, dans la commune d’Ambohimitsinjo, du district de Sambava. D’après les constations faites par la gendarmerie, elle a été touchée par balle au niveau du ventre.

Ce drame est la conclusion d’un désaccord entre son père et elle. La fille n’est pas rentrée chez elle depuis trois jours. Son père l’a retrouvée, accompagnée d’un jeune homme dans la rue, samedi soir. Aussitôt, tous les trois se sont violemment disputés. Environ trois mi­nutes après, le chef de famille, hors de lui, est allé chercher son fusil puis a tiré sans crier gare sur sa fille.

« Il est coléreux. Il voulait tout simplement qu’elle n’ait aucun petit ami, mais elle se serait entêtée. C’était le petit de sa fille qu’il aurait voulu tuer, selon lui. C’est là que sa fille et lui se sont querellés. Le garçon s’est enfui et nous le recherchons activement », raconte les enquêteurs.

En garde-à-vue

L’homme a été arrêté et son fusil saisi. Il est maintenant en garde-à-vue dans la brigade de la gendarmerie de Sambava. « Nous sommes restés pantois. Apparemment, il regrette sincèrement ce qu’il a commis. Il est dans notre bu­reau au bord du suicide et nécessite une haute surveillance », rapporte un gendarme joint par téléphone. « Il n’arrête pas de pleurer. Il ne veut rien manger depuis que nous sommes arrivés au bureau vers 1 heure du matin. Il boit juste de l’eau. L’enquête devrait commencer, mais le problème est que tous les membres de la famille s’évanouissent dès qu’on parle de l’affaire », ajoute-t-il.

« La fille n’allait plus à l’école. Selon les indiscrétions, son père l’avait souvent prévenue, toujours pour la même cause. Il est même arrivé qu’une affaire ayant mis en cause un autre petit ami de la défunte, a été portée devant les forces de l’ordre », explique notre collègue à Sambava.

« L’usage d’une arme est réglé par la loi. Elle est utilisée pour chasser des animaux non protégés, pour l’auto­défense, mais pas pour tuer quelqu’un à cause de gestes non contrôlés », martèle le secrétariat d’État chargé de la Gendarmerie nationale.

Commenter

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter

Voir aussi