Régions

District d’Ambatondrazaka – Vagues de contestations des résultats

Des irrégularités sont dénoncées par des électeurs dans le district d’Ambatondrazaka. Le ton est même monté entre contestataires et membres de bureau de vote.

La tension est monté entre les partisans des candidats et les candidats eux-mêmes. Cela a été constaté depuis le début de l’ouverture de la campagne électorale des communales dans le district d’Ambaton-drazaka. Des irrégularités sont à l’origine des contestations des résultats des élections.

Dans la commune d’Ambohitsilaozana, près de trois cents manifestants portant de petites pancartes sont descendus dans la rue, le lendemain du jour du scrutin, pour montrer leur mécontentement contre les responsables au sein des bureaux de vote et les manières adoptées dans les décomptes des voix obtenues par les candidats.

« Nous ne sommes pas d’accord. Des vols de voix et beaucoup de faits s’écartant de la normale sont constatés. Nous avons des preuves et des témoins», a affirmé l’un des partisans d’un candidat jugé victime des irrégularités perpétrées par les responsables au sein des bureaux de vote.

Le jour du scrutin, le même scénario s’est produit dans le chef-lieu de la commune de Bejofo. Cependant, les électeurs n’avaient pas choisi de descendre dans la rue.

Plaintes

Ils ont évoqué un tas d’irrégularités devant la presse pour dénoncer des faits qu’ils jugent « partiaux» effectués par des responsables chargés de l’organisation des élections dans cette commune. Le taux de participation a atteint un niveau supérieur à l’habituel, comme à Ambohiboatavo, commune rurale d’Ampitatsimo, ainsi que dans quelques localités en zones rurales.

« Un dépôt de plaintes contre certaines personnalités n’est pas du tout à écarter. Nous luttons pour l’application des règles en vigueur. Nous exigeons l’impartialité pure et simple, à tout prix », a déclaré un électeur visiblement mécontent en sortant d’un bureau de vote.

« Enquêtées » par une armada de journalistes intéressés par la rubrique politique, des personnes désignées secrétaires ou présidents de bureaux de vote de répondre « (…) Tout a été normal. Il n’y avait rien d’irrégulier. Ils cherchent à nous accuser de tout pour des raisons sans preuves. De notre côté, nous pourrions porter plainte contre ces diffamations, nous aussi, mais est-ce bien utile de le faire ? ».

Commenter

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter