A la une Politique

Communales – Naina Andriantsitohaina se rapproche de la victoire

Le traitement des résultats issus de tous les bureaux de vote de la CUA, est en passe d’être terminé. Les dernières tendances confirment l’avance prise par le candidat Andriantsitohaina.

Définiti­ves. Tel est le qualificatif des dernières tendances publiées par la Commission électorale nationale indépendante (CENI), hier, s’agissant des élections municipales dans la commune urbaine d’Antana­narivo (CUA). Des tendances qui confortent l’avance prise par le candidat Naina Andriantsitohaina, sur ses concurrents.

En tout, la capitale compte mille deux-cent deux bureaux de vote. À 16 heures 15 minutes, hier, les résultats issus de mille cent soixante-treize bureaux de vote ont été reçus au siège de la CENI, à Alarobia. Les chiffres publiés à ce moment là, concernent mille cinquante bureaux de vote dont les données ont été traitées. Selon cette publication, le porte-étendard de la coalition « Isika rehetra miaraka amin’i Andry Rajoelina » (IRD), obtient 48,80% des suffrages exprimés durant le vote du 27 novembre.

Les dernières tendances publiées, hier, à 16 heures 15 minutes indiquent donc, que le candidat numéro 4 a obtenu soixante-dix mille six-cent cinquante-huit voix, sur les cent quarante-quatre mille sept-cent soixante dix-neuf suffrages exprimés dans mille cinquante bureaux de vote. Naina Andriantsi­tohaina a, du reste, quatre mille six-cent quatre-vingt voix d’avance sur son principal poursuivant, le candidat Ny Rina Randriamasinoro.

Partie équilibrée

Toujours en seconde position, selon les dernières tendances publiée hier, à 16 heures 15 minutes, le favori du parti « Tiako i Madagasikara » (TIM), est crédité de 45,57% des suffrages exprimés. Il a glané ainsi, soixante-cinq mille neuf-cent soixante dix-huit voix.

Aux micros de la presse, durant une interview en version française, en marge d’une conférence de presse, hier en milieu de matinée, à Alarobia, Thierry Rakoto­narivo, vice-président de la Commission électorale a déclaré, « au regard des dernières tendances, nous pouvons dire que c’est le candidat Naina Andriantsitohaina qui a obtenu le plus de voix durant les élections municipales à Antananarivo ».

Un responsable technique auprès de la CENI a indiqué, en aparté, « vu le nombre de bureaux de vote restants et le faible taux de participation, il n’est plus probable que le candidat du TIM puisse combler son retard ». Contactée avant la mise sous presse de l’édition d’aujourd’hui, le vice-président de la Com­mission électorale a indiqué que les résultats dans un peu plus de mille quatre-vingt bureaux de vote avaient été traités.

« Nous avons dû mettre en pause le traitement des résultats de la commune urbaine d’Antananarivo, afin de nous pencher sur celui d’autres communes comme Antsirabe. En tout cas, les tendances n’ont pas changé, les deux candidats en tête restent à 48% et 45% des suffrages exprimés », explique Thierry Rakoto­narivo. Par ailleurs, comme l’indique la source technique auprès de l’entité chargée de l’organisation des votes, le taux de participation reste, désespérément bas.

Les chiffres publiés à 16 heures 15 minutes, hier, rapportent que le taux de participation ne s’élève qu’à 22,97%. Tout comme le pourcentage des voix obtenues par les candidats, celui faisant état de l’engouement des votants ne devrait pas non plus, connaître un grand changement d’ici la fin du traitement de l’ensemble des données électorales. Les abstentionnistes sont, visiblement, en passe d’établir un triste record.

Les résultats provisoires seront proclamés officiellement par la CENI, le 16 décembre, au plus tard. Il faudra attendre jusqu’au 14 janvier, au plus tard, pour la proclamation des résultats définitifs par le tribunal administratif. La performance affligeante des abstentionnistes indique, d’emblée, que socialement et politiquement, la tâche ne sera pas aisée pour le futur maire d’Antananarivo.

Au-delà de la légitimité électorale, une adhésion de la majorité des habitants, pourrait s’avérer nécessaire afin de bétonner les mesures qui pourraient être impopulaires, mais impératives pour le relèvement de la ville. Au regard de la tendance provisoire, d’autant plus, la partie sera équilibrée au sein du conseil municipal, où l’IRD et le TIM devraient se partager l’essentiel des sièges. Les deux listes sont respectivement créditées de 45,07% et 45,43% des voix, selon les dernières tendances.