Accueil » A la une » Grève de l’ASH – Les exportations de crevettes bloquées
A la une Economie

Grève de l’ASH – Les exportations de crevettes bloquées

Maryse  Andriamampianina  (à.d)  se sent  dépitée par  la  situation.

La grève de l’autorité sanitaire halieutique depuis quelques semaines paralyse l’exportation de crevettes. Plusieurs conteneurs sont bloqués dans les ports faute de certificat.

Une grève anodine aux éventuelles conséquences désastreuses. C’est celle des agents de l’Autorité sanitaire halieutique, ASH. Enclenchée au mois de juillet mais n’est en passe d’être résolue que cette semaine. Ils ont décidé de décréter un arrêt de travail pour exiger plus de moyens financiers afin de mener à bien leurs missions. Délicates s’il en est.

Mais leur « bouderie » a eu des effets néfastes ailleurs. À la foire des produits halieutiques au Palais de la culture et des sports de Mahamasina, ouverte hier, Claude Brunot, président du Groupement des aquaculteurs et pêcheurs de crevettes de Madagascar, GAPCM, n’a pas dissimulé ses inquiétudes derrière son cache-bouche. Somme toute fondées. « Les exportations de crevettes vers l’Europe doivent s’organiser dès ce mois d’octobre. Mais ce mouvement social des employés de l’ASH, bloque tout le processus. Alors que nos exportations visent le fêtes de fin d’année pour que les crevettes malgaches, d’une qualité incomparable, soient en bonne place sur les tables des chaumières durant ces festivités » déplore Claude Brunot.

Pas de chômage technique

Maryse Andriamampianina de la société Oso d’Ambilobe, dont les produits crevettiers sont certifiés bio, précise que « l’ASH délivre la Certification d’origine sanitaire, COS. Une sorte de passeport, sans lequel les crevettes malgaches n’auront pas droit à l’entrée sur le marché européen ». Très strict qu’il est sur les paramètres de traçabilité. « Nous proposons des raretés de luxe. Rater ces rendez-vous à venir, ce serait catastrophique pour l’entreprise » supplie-t-elle, en prenant la parole au nom de ses pairs, aux discours d’inauguration de cette foire dédiée aux produits halieutiques.

En présence du ministre de la Pêche et de l’économie bleue, Paubert Tsimanaoraty Mahatante qui a tenu à rassurer que le conseil des ministres a résolu le problème de l’ASH.

Plusieurs conteneurs de crevettes sont stockés dans les ports, faute de certificats. Au port de Mahajanga et de Toamasina, plusieurs bateaux sont passés sans pouvoir embarquer de conteneurs. En visite à Mahajanga et lors d’une inspection d’une entreprise exportatrice de crevettes, le ministre du Travail et de la fonction publique Gisèle Ramampy a souligné que plusieurs points restent à clarifier à l’ASH, mais qu’il n’est pas question de mise au chômage technique des employés.

Le Conseil des ministres de mercredi a avalisé l’augmentation du budget alloué à l’ASH, une entité méconnue mais d’une importance capitale. Une décision qui devrait apaiser cette tension latente. Mais suffira-telle à sauver la campagne des exportations de crevettes. Avec un volume estimé à 4 000 tonnes cette année. 1,3 milliards d’ariary, c’est l’estimation du montant du « fonds de roulement » de l’ASH. Est-ce inclus dans le Projet de loi de finances initiale 2022, ou dans la rubrique « hors-budget »?

Commenter

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter