Accueil » Social » Projet Tanamasoandro : Les propriétaires des terrains à remblayer manifestent
Social

Projet Tanamasoandro : Les propriétaires des terrains à remblayer manifestent

Le projet présidentiel Tanamasoandro fait un objet de contestation. Les propriétaires des terrains sur lesquels va être créée la nouvelle ville, à Ambohi-drapeto, Ambohitrimanjaka, Ankadimanga, Fiombonana, ont manifesté, samedi. Ils ont fait une marche entre Mahitsy Ambohitrimanjaka jusqu’au marché artisanal, en brandissant des banderoles. «Projet Tanamasoandro, dehors. Non au remblayage de nos rizières ! ». « Ce remblayage est contre la politique de l’Etat qui s’est engagé à augmenter la production rizicole». Telles sont, entre autres, les indications constatées sur les banderoles. Ces manifestants indiquent que ces terrains sont leurs sources de revenus. «Nous ne les remplacerons pas pour des buildings », lancent-ils.

L’État ne fait pas marche arrière. Les procédures d’expropriation sont déjà lancées, selon une source. Trois cent ménages seraient concernés. «Ils seront indemnisés. Et ceux qui y ont des activités seront, également, indemnisés », indique-t-elle. L’État propose, également, des terrains pour ceux qui sont intéressés. Les propositions n’intéresseraient pas les concernés. « Nous vivons à Ambohitrimanjaka. Ce sera compliqué pour nous de se déplacer jusqu’à la région de Bongolava pour s’occuper de nos rizières », se plaignent-ils.

Cette nouvelle ville est conçue pour trois cent cinquante mille habitants, sur une surface de 1 000 Ha. L’inondation est aussi à craindre, avec le remblayage de ce grand terrain. « Des mesures seront prises pour éviter le remblayage », assure Philippe Rateloson, directeur général de l’Autorité pour la protection contre les inondations de la plaine d’Antananarivo (APIPA).

 

1 commentaire

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter

Voir aussi