Accueil » Régions » Aire protégée Menabe Antimena – La lutte contre la mafia du maïs continue
Régions

Aire protégée Menabe Antimena – La lutte contre la mafia du maïs continue

Quatre cent deux sacs de maïs saisis dans les profondeurs de l’aire protégée de Menabe Antimena par la direction régionale de l’Environnement et du développement durable (DREDD) Menabe, ont été offerts aux détenus de Morondava. Huit cents sacs de maïs font l’objet de saisie en tout, outre les sacs d’arachides, du bois et autres produits issus de l’aire protégée de Menabe Antimena.

La tolérance zéro sur l’exploitation du noyau dur des aires protégées, prônée par le ministère de l’Environnement et du développement durable (MEDD), ne fait pas le bonheur de tous. « La mafia du maïs, bien que plus ou moins ralentie dans le business du trafic du maïs et de l’arachide en plein cœur de l’aire protégée de Menabe Antimena, poursuit encore ses activités. Pour autant, nous, le MEDD avec nos agents sur terrain, ne fléchissons pas non plus. C’est tolérance zéro » souligne Baomiavotse Vahinala Raharinirina, ministre de l’Environnement et du développement durable.

Près de 100 000ha sur les 210 000ha de superficie totale de l’aire protégée sont partis en fumée en raison de la culture sur brûlis de maïs ou d’arachide. L’équipe du MEDD fait face à de nombreuses formes d’intimidation. Des agents de forêts sont souvent menacés par des hommes armés et même brutalisés par des éléments de la mafia.

Des agents de forêts sont poursuivis pour vol de maïs et un en particulier, récemment, a été mis en détention pendant 24h. Le kilo de maïs est acheté à 1 000 ariary aux planteurs et revendu trois ou quatre fois plus cher à des Chinois ou des « fournisseurs ». Une société agroalimentaire fabricant de bière a été citée en 2019 comme source de problème à ce cas précis de trafic de maïs. 13 000 t par an en moyenne seraient utiles à cette société. Cette dernière dit travailler avec quatre fournisseurs. Le MEDD a toujours sollicité la franche collaboration avec les VOI, les forces de l’ordre et la Justice.

Commenter

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter