Accueil » Régions » Cité des fleurs – Les habitants non véhiculés marchent à pied
Régions

Cité des fleurs – Les habitants non véhiculés marchent à pied

Pour la première fois depuis le début de la crise sanitaire à Mahajanga, les habitants font face à un problème de transport. De nombreuses personnes ont dû marcher à pied, hier après-midi, à Mahajanga en rentrant du travail. Les bus et les tricycles arrêtent de circuler à 15 heures selon les nouvelles mesures sanitaires appliquées par le Centre régional de commandement Covid-19 de Boeny, depuis mardi et pour quinze jours.

« Je sors de mon travail à Tsaramandroso et je vais rentrer à AntanimalandyAvaratra », déclare un employé d’une société privée. Des jeunes filles ont aussi marché de Mahajangabe à Antanimalandy, faute de bus. Une mère de famille a parcouru Amborovy à pied pour apporter le repas de son fils hospitalisé au centre hospitalier universitaire d’Androva.

En outre, plusieurs taxis motos ont été placés à la fourrière par la police hier. Ils ont dépassé le délai de circulation et sont sanctionnés à quinze heures d’arrêt de leurs activités. La mise en fourrière durera cinq jours.

L’interdiction de circuler à partir de 13 heures pour les habitants est loin d’être respectée à Mahajanga. Des va et vient sont encore observés dans la ville et dans les quartiers. Le port de masque est aussi négligé par une partie de la population. Les contrôles ne sont pas effectifs dans certains endroits particuliers. Les patrouilles mobiles composées de militaires ou de policiers ne sillonnent que les lieux publics comme l’Hôtel de ville, les marchés et leurs alentours.

Commenter

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter

Voir aussi