Accueil » Editorial » Maladroit
Editorial

Maladroit

La rocade d’Iarivo est une belle réalisation bien conçue selon le niveau d’éducation de la population. Une piste piétonne et cyclable bien isolée de la chaussée, des abris bus faits en brique pour éviter les vandales si c’était en métal. La route d’Anosibe inaugurée par feu Jacques Chirac en 2004 était également très belle avec une piste cyclable, deux voies rapides et deux voies à l’extérieur pour les bus et les camions. Aujourd’hui cet axe fait pitié à voir étouffé par une anarchie inénarrable. L’escalier qui enjambe la chaussée pour permettre aux piétons de traverser sans danger n’est plus que ruine. Les planches de traverse ont été enlevées depuis longtemps pour laisser place à une infrastructure dangereuse qui a déjà tué un enfant tombé dans le vide laissé par les planches manquantes.

L’éclairage est magnifique sur la rocade d’Iarivo comme il l’était sur le boulevard de l’Europe donnant l’illusion d’une avenue étrangère. Mais dès l’entrée du marais Masay, le rêve fait place à une ténébreuse réalité. Reste à espérer que les lampes solaires ne partageront pas le sort de leurs homologues de la RN1 dont les supports ont été carrément arrachés par les vandales.

Mais plaisir d’emprunter la rocade d’Iarivo est souvent gâché par beaucoup d’usagers qui roulent à droite à 10 km/h. On se demande si ce sont les auto-écoles qui apprennent aux automobilistes à circuler à gauche dans une voie rapide. Il s’agit là d’une attitude quasi générale dans tous les axes à double voie aussi bien au boulevard de l’Europe qu’au boulevard Ratsimandrava. Les camions, les taxis et les bus roulent tous à gauche alors que les passagers attendent à droite. On se demande s’ils sont maladroits ou s’il faut se mettre à conduire à l’anglaise si c’est plus pratique pour tout le monde. Histoire de ne pas se stresser pour rien.

1 commentaire

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter