Accueil » Economie » Tifanie Rakotoarivelo – « L’entrepreneuriat est un parcours du combattant »
Economie

Tifanie Rakotoarivelo – « L’entrepreneuriat est un parcours du combattant »

Ayant un background sur le management et développement d’entreprise, Tifanie Rakotoarivelo, directrice du cabinet de conseil Apostroph, explique que la période de confinement lui a permis de concrétiser sa vision sur l’aventure entrepreneuriale.

Pouvez-vous nous dire ce qu’est LeadHer?

Lancé le 2 mars 2020, LeadHer, issu de la plateforme Nation Builder, est un mouvement de renforcement de capacités des jeunes femmes entrepreneures et aussi de moins jeunes à l’échelle globale. Notre mission se résume à lier les triptyques du leadership, de la gent féminine et de l’entrepreneuriat. Nous sommes partis d’une vision de vouloir emmener un changement à perspective multi-générationnelle. De multiples programmes socio-écoéducatifs voire technologiques y sont affiliés tels que Life & business magazine digital, boot-camps, podcasts, mentorship et networking.

Pourquoi cibler notamment les femmes entrepreneures?

L’entrepreneuriat, avant d’être un concept juridique, managérial ou fiscal, est en effet, avant tout un état d’esprit, une mentalité qui se cultive. La mission de LeadHer consiste à s’engager d’être une solution la où l’on est positionné, en attribuant aux jeunes ou moins jeunes femmes des opportunités en matière de développement personnel, d’opportunités d’affaires, de développement collectif et durable pour les parties prenantes. Avançant dans cette optique de développement inclusif, nous sommes en effet une plateforme qui est constituée de profils diversifiés, dans différentes localités à l’échelle nationale, régionale, continentale, internationale. Le mouvement intègre des femmes occupant le poste de directeurs généraux et entrepreneures, des femmes d’affaires, des médecins, des managers, des professeurs, des scientifiques, des artistes, des sportives, des écrivaines, des éducatrices. Nous ne discriminons personne, nos Women-board-members sont toutes entièrement des actrices clés de développement de la nation.

Comment une femme entrepreneure intègre-t-elle le programme?

Un système d’adhésion est actuellement entrain d’être mis en place. Un digital membership global sera élaboré pour permettre aux jeunes de bénéficier des opportunités. Nous mettons premièrement en avant une stratégie digitale tenant compte de la situation actuelle.

D’après vous, quel genre de femmes peut exceller dans l’entrepreneuriat?

Y a-t-il des qualités, des comportements requis? Disons, aucun stéréotype. Homme ou femme, c’est sa vision qui doit le ou la diriger ! Et il y a effectivement une vérité qui mérite d’être véhiculée: chaque être humain a en lui quelque chose qui peut changer le cours de l’histoire, il faut l’exploiter. Le monde va mal, le monde a besoin de vous et le monde n’attend que vous, que vous emmeniez une solution précise à un besoin précis pour rendre l’écosystème meilleur que ce qu’il ne l’était avant vous. Donc si vous êtes d’attaques, foncez! Ce n’est en effet ni votre pays ni votre couleur ni votre genre qui détermine votre capacité à exceller, c’est votre vision, votre volonté et vos perspectives.

Il reste toutefois important de mentionner que l’entrepreneuriat est un parcours du combattant, la passion seule ne suffit. De multiples facteurs entrent en jeu.

Ici, la résilience, la persévérance, la soif d’évolution et d’apprentissage continu vous deviendront vitaux car si les défis et les challenges vous effraient, l’aventure entrepreneuriale n’est probablement pas idéale pour vous.

Commenter

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter

Voir aussi