Accueil » A la une » Développement numérique – Une identité numérique unique pour chaque citoyen
A la une Politique

Développement numérique – Une identité numérique unique pour chaque citoyen

Des  responsables  de  la  Fédération  arabe  pour  l’économie  numerique,  lors  de  leur  réunion de  samedi  avec  la  délégation  malgache.

Le premier grand rendez-vous présidentiel durant son voyage officiel aux Emirats Arabes Unis a porté sur la coopération pour la transformation digitale. L’objectif soutenu durant une réunion samedi, est que chaque citoyen dispose d’une identité numérique.

« Madagascar est prêt ». Une phrase d’attaque du communiqué de presse de la présidence de la République, au sujet d’une réunion qui s’est tenue à Dubaï, aux Emirats Arabes Unis, samedi. Une phrase pour affirmer «que le gouvernement malgache est déterminé à concrétiser la transformation digitale du pays et à déployer l’eGouvernance à l’échelle nationale», avance la missive.

La réunion qui s’est tenue à Dubaï a porté sur la Transformation digitale. Une réunion qui est le premier grand rendez-vous majeur de la délégation conduite par Andry Rajoelina, président de la République, en voyage officiel aux Emirats. «(…) l’objectif du gouvernement malgache est de faire en sorte que chaque citoyen puisse avoir une identité numérique unique et que chaque citoyen puisse jouir de ses droits grâce à cette identification», soutient le chef de l’Etat durant cet événement, rapporte le communiqué de presse de la présidence de la République.

L’État a surfé sur les impératifs de la crise sanitaire pour accélérer la transition numérique. Avec la mutation de la poste en Banque postale, l’usage du digital dans le paiement du salaire des fonctionnaires a démarré avec ceux des enseignants. Il y a, également, l’objectif d’octroyer un Carnet de Fokontany biométrique. Seulement, le retard pris dans la concrétisation de ce projet et les problèmes techniques et organisationnels rencontrés dans le paiements des salaires indiquent, toutefois, que des améliorations sont nécessaires et s’imposent.

L’interlocuteur de la délégation conduite le locataire d’Iavoloha, samedi, est justement, un poids lourd de la transformation numérique, à s’en tenir à la missive de l’institution présidentielle. Il s’agit de la Fédération arabe pour l’économie numérique. Une organisation régionale, créée en 2018, par le Conseil de l’unité économique arabe et la Ligue arabe. «Présente au niveau de 22 pays dans le monde, cette organisation se propose de soutenir la mise en œuvre du Plan émergence Madagascar (PEM), à travers la transformation digitale du pays», indique le communiqué de presse.

Cette question de la transformation digitale est le principal objet de la visite officielle du chef de l’Etat aux Emirats. Il est, notamment, l’invité d’honneur de la Conférence et exposition sur le développement de l’économie numérique ou Seamless Middle East 2022, qui démarre demain, comme le souligne la présidence de la République.

Quatre axes

Dans la délégation présente aux Emirats figurent, entre autres, Edgard Razafindravahy, ministre de l’Industrie, du commerce et de la consommation, Richard Randriamandrato, ministre des Affaires étrangères et Tahina Razafindramalo, ministre du Développement numérique, de la transformation digitale, des postes et des télécommunications. A la réunion de samedi, les priorités malgaches pour la transition vers le numérique ont été indiquées.

Ces priorités portent sur quatre axes. Le premier est la digitalisation des services publics. Un premier chapeau qui compte le secteur de l’éducation, celui de la santé «et surtout le service foncier». Un point particulièrement souligné durant les échanges. Le secteur foncier a, justement, fait l’objet de recommandations spéciales du président Rajoelina, adressées au gouvernement, durant le dernier Conseil des ministres. Le chef de l’État a requis de l’équipe gouvernementale qu’elle inscrive dans ses priorités de trouver une solution applicable et pérenne aux problèmes fonciers dans le pays.

Le locataire d’Iavoloha a mis à l’index la lourdeur administrative et la corruption dans ce secteur. Le second axe des priorités de Madagascar pour le basculement vers le numérique est l’usage des technologies numériques pour booster l’agriculture afin d’atteindre l’objectif d’autosuffisance alimentaire. Le troisième chapeau concerne le développement des infrastructures techniques. Le quatrième axe est relatif à l’inclusion financière «qui consiste à digitaliser les échanges et la circulation monétaire».

Sur le plan des transactions financières, les informations venant de Dubaï rapportent que les données étatiques indiquent «une réduction de 30%», de perte en deniers publics depuis l’usage du numérique dans le paiement des salaires des fonctionnaires. L’Etat mise, également, sur le numérique pour assurer plus de transparence et de traçabilité de la circulation des flux financiers dans le pays.

«La quête du bien-être de la population et l’amélioration de sa qualité de vie sont les objectifs étatiques». Des propos de Andry Rajoelina, d’après les informations venant de Dubaï. Prenant l’exemple des Emirats, le communiqué de presse de la présidence de la République rapporte qu’il est “convaincu que l’économie numérique est incontournable pour développer un pays”. Les résultats d’études faites par la Fédération arabe pour l’économie numérique indiquent que les pays usant de l’e-gouvernance seraient plus productifs.

Commenter

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter