Accueil » A la une » Accident à Marais Masay – La fille d’un professeur et son amie tuées sur le coup
A la une Faits divers

Accident à Marais Masay – La fille d’un professeur et son amie tuées sur le coup

C’est dans cette partie que l’accident s’est produit.

Un accident de voiture survenu vendredi, à Marais Masay, a coûté la vie à Narindra Raboanary, fille du recteur de l’Institut supérieur polytechnique de Madagascar, et à son amie Francia.

TRAGIQUE. Une promenade nocturne en Chevrolet Cruz a viré à une sortie de route mortelle sur la rocade d’Iarivo, au niveau de Marais Masay, vendredi aux alentours de 22 heures.

À bord de la voiture neuve, se trouvaient Narindra Haingotiana Lova Raboanary, 26 ans, qui est la fille du professeur recteur de l’Institut supérieur polytechnique de Madagascar (ISPM), et son amie Malalaniaina Francia Ramanantenasoa, 21 ans. Celle-ci étudiait dans le même institut. Son corps sans vie a été emmené à Ambohidrazana Alarobia Ambatomanga pour être inhumé cet après-midi. L’autre victime sera également enterrée ce jour, à Ambaniala Itaosy.

Les larmes pleuvaient depuis que les familles, proches et camarades ont amèrement appris la nouvelle tôt samedi. En effet, la plus jeune a été la première à avoir été identifiée.

« Nous ignorons d’où elles sont exactement arrivées cette nuit-là, mais elles roulaient à tombeau ouvert depuis Nanisana et empruntaient la nouvelle voie vers Ankorondrano. Elles sont passées par le rond-point d’Andranobevava. Après quelques mètres de l’aire de jeux, leur véhicule est entré dans le décor », raconte un inspecteur de police présent au constat.

À tombeau ouvert

La Chevrolet a franchi deux niveaux de glissière de sécurité et fait un vol plané. Elle a terminé sa course par un plongeon dans le lac de Masay. Dans les jacinthes, elle s’est retrouvée les quatre roues en l’air.

« Elles étaient derrière nous, leur Cruz lancée à fond la caisse. Nous avons essayé de les sauver, mais c’était trop tard. Elles sont mortes sur le coup », raconte un témoin oculaire de l’accident.

« Je suis stupéfait. Je suis passé cinq minutes après l’accident. Je me suis arrêté pour assister et participer à leur désincarcération. À ce moment là, je ne me suis pas rendu compte que c’était mon amie [ndlr : Francia]. Elle était couverte de boue et en plus, il faisait noir. Repose en paix », soupire un autre témoin.

Le véhicule a subi d’importants dégâts. Un engin dépanneur l’a tiré de l’eau.

Commenter

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter