Economie

Marché des devises – Dégringolade continue de l’ariary

La crise n’est pas que sanitaire. La monnaie nationale continue de perdre de sa valeur par rapport aux monnaies de référence, l’euro et le dollar, sur le Marché interbancaire de devises (Mid). La valeur de l’euro qui a dépassé le seuil des 4 150 ariary n’est plus tout à fait un fait nouveau auprès des consommateurs concernés.

D’après le cours des devises publié quotidiennement par la Banque centrale, la valeur de l’euro est aujourd’hui de 4 167 ariary. « Avec la crise sanitaire, la balance commerciale a enregistré des gaps considérables, nos importations ont subi d’importantes baisses de régime à ne mentionner que le secteur minier qui constitue un des piliers de ces importations. D’un autre côté, notre volume d’importation reste quasi incompressible dans la mesure où les majeures parties des produits que nous consommons sont d’origine étrangère. Le secteur touristique, grand pourvoyeur de devise est aussi à l’arrêt. Ce qui impacte largement sur la baisse de notre réserve de devise » explique Andrianan­tenaina Ramarifeno, coordonateur national du Cercle des économistes de Madagascar. La forte dépréciation de l’ariary présente d’impacts considérables sur le pouvoir d’achat des consommateurs malgaches.

2 commentaires

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter

    • Le premier propos, c’est « exportations » évidemment. Dans les exportations, on compte le secteur minier évidemment dont le niveau a baissé, non pas tant à cause des capacités d’extractions (secteur de l’or et métaux précieux à Ambatovi -Tamatave notamment) mais à cause du ralentissement des possibilités de transports par voie maritime.

      Mais je pense que le plus impactant sur la valeur de l’ariary n’est pas tant les exportations comme dit le journaliste que les besoins en devises euros car plus aucun euro ne rentre (plus de tourisme, plus de vazaha venant de France et quelques entreprises malgaches habituées à vendre à l’export en euros qui ne peuvent pas le faire à cause du blocage des transports).

      Donc la chute de l’ariary va inexorablement continuer encore un ou deux mois.