Accueil » Actualités » CEPE – Les sujets d’examen plus laborieux
Actualités Social

CEPE – Les sujets d’examen plus laborieux

Les sujets d’examen au CEPE seront plus difficiles. Les candidats sont invités à avoir plus de raisonnement et de réflexion.

Les candidats d’examen au CEPE devront se préparer à traiter des sujets plus laborieux cette année. En effet, le ministère de l’Édu­cation Nationale (MEN) a élaboré des sujets nécessitant plus de réflexion et de raisonnement. « On a diminué les questions à choix multiples et optimisé les ques­tions- réponses. On a également reformulé les questions, car on tient à ce que l’élève soit plus créatif. On a pris cette initiative pour rehausser le niveau des élèves », a expliqué le Dr Todi­soa Andriamampandry,
directeur général de l’Édu­cation Fondamentale et de l’alphabétisation (DGEFA) joint au téléphone, hier.
En guise d’exemple, la fameuse question en géographie, « Les côtes de Mada­gascar mesurent, etc. », deviennent
« Si Koto traverse les côtes de la grande île, combien de kilomè­tres fait-il   », explique Marie Clotilde Razafindrafara, directrice de l’EPP à Namontana.
Mauvais résultat
D’autre part, aucune indulgence ne sera accordée à ceux qui ne donnent pas les réponses exactes.
C’est ainsi que la plupart des EPP à Antananarivo ont affiché de mauvais résultats lors des examens blancs du CEPE. « Le taux de réussite était de 45%, seulement lors de l’examen blanc préparé par l’école, si on avait un taux de réussite de 70%, lors de
l’examen officiel en 2015. Ce résultat s’est amélioré avec le deuxième CEPE blanc, préparé au niveau de la Zone d’administration Pédagogique (ZAP), bien qu’on ait encore constaté que les élèves avaient toujours de la difficulté à traiter les
sujets, surtout pour les français, malagasy et problème », a indiqué Adorson Lanto­malala, directrice de l’EPP à Antanimbari­nan­driana. Les autres EPP, comme celui d’Anosibe, ont également subi cette baisse des résultats.
Les enseignants sont, malgré tout, optimistes. « On peut encore rehausser ce résultat car on a encore du temps pour réviser ainsi que pour entraîner les candidats au traitement de ce nouveau modèle de sujet », exprime avec beaucoup d’optimisme, Adorson Lantomalala.
Miangaly Ralitera

Commenter

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter

Voir aussi