Accueil » Social » Examen médical – La gratuité du scanner thoracique limitée
Social

Examen médical – La gratuité du scanner thoracique limitée

Des personnes souffrant des symptômes du coronavirus qui ont effectué un scanner thoracique dans des hôpitaux publics, n’ont pas pu le faire gratuitement. « On nous a demandé de payer la somme de 200 000 ariary, pour l’examen. On était surpris, car le président Andry Rajoelina a martelé la gratuité du scanner, lors de ses allocutions», regrette Rakoton­drainibe, proche d’un malade atteint du coronavirus.

Le scanner thoracique n’est gratuit que dans les établissements hospitaliers publics et pour certaines personnes présentant les symptômes du coronavirus. « Ce sont les malades hospitalisés dans les centres de traitement Covid-19 et dans les hôpitaux, ou ceux qui sont envoyés par la Brigade d’intervention spéciale (BIS) qui jouissent de la gratuité du scanner dans les hôpitaux publics », indique le médecin général Avisoa Lysias Rasamima­nana, coordonnateur du centre de traitement covid-19 (CTC-19).

Toutes les personnes infectées par le coronavirus ne sont pas prises en charge dans les hôpitaux publics. Faute de place dans les hôpitaux et dans les CTC-19, certains malades suivent des traitements à domicile, d’autres sont dans des clini­ques privées. Des proches de certains malades demandent à ne pas faire cet examen qui « coûte cher ». « Pourquoi exiger le scanner, si on sait déjà que le malade est atteint du coronavirus et qu’il développe les formes graves de la maladie ? », se demandent-ils.

L’examen thoracique est aussi important que le test de dépistage, selon les médecins. « Le scanner montre un signe typique de la maladie du coronavirus et nous montre à quel point les poumons sont affectés », expliquent-ils.

Commenter

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter