Accueil » Social » 1er Mai – Défaite du travail
Social

1er Mai – Défaite du travail

La  Journée  du  travail  en  plein  confinement  risque de  passer  inaperçue.

Le 1er mai tombe un jour de confinement dans la capitale. Comme les autorités ont aussi interdit tout rassemblement de plus de 50 personnes, la célébration de la fête du travail risque de passer inaperçue. Alors que les salariés et les travailleurs indépendants ont payé un lourd tribut des conséquences induites de la crise sanitaire. Même ceux du secteur informel florissant ont été emportés par les vagues du coronavirus.

Des victimes collatérales, sans remèdes miracles. Chômage technique et arrêt total des activités ont été leur sort. Comme la relance effective de l’économie dépend des facteurs endogènes et exogènes, l’horizon du monde du travail est encore bouché.

Avec un syndicalisme moribond, ignoré par la majorité des travailleurs, outil politique par excellence, aucune issue de secours ne s’offre à ceux et celles dont les droits les plus élémentaires du Code de travail sont bafoués au quotidien. N’en parlons plus de ces « bonnes à tout faire et à tout subir », qui ont cherché l’eldorado ailleurs, mais reviennent dans des cercueils, à l’indifférence totale des « agences de placement » leur ayant promis monts et merveilles. Aux pays désertiques des contes de mille et une nuits. Au plutôt…ennuis.

Commenter

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter