Accueil » Editorial » Cauchemars
Editorial

Cauchemars

Soixante-quinze ans après, que retient l’opinion des événements du 29 mars 1947? Malgré les efforts de l’État de rallumer chaque année la flamme patriotique, l’opinion semble de plus en plus se désintéresser de cette insurrection qui divise plus qu’elle rassemble. Beaucoup de choses restent à éclaircir sur cet événement dont la paternité est accordée au parti MDRM mais cela ne semble pas être le cas. L’intervention de l’historien chercheur, le Professeur Jeannot Rasoloarison vendredi au musée de la photo ainsi que le livre publié par l’historien Denis Alexandre Lahiniriko permettent d’y voir un peu plus clair. Du moins pour ceux qui l’histoire intéressent et qui ont un brin de patriotisme.

La majorité de la population a fait le choix d’oublier l’histoire de leur pays et se consacrer aux problèmes existentiels qui l’assaillent au quotidien.

Eh oui, qu’est-ce que le 29 mars 1947 a changé a apporté de positif dans leur vie pour qu’ils respectent les martyrs ? Pire, leurs conditions de vie se sont nettement détériorées avec le retour à l’indépendance surtout après la fin de la neocolonisation.

Déclaré jour férié, chômé mais payé, le 29 mars ressemble aux autres jours de la semaine. Il n’y a aucun symbole qui rappelle , exceptée la cérémonie de dépôt de gerbes au mausolée d’Andrainarivo et à Moramanga, que des centaines de milliers de compatriotes ont péri, massacrés par les colons. Les magasins sont ouverts de même que les marchés des quartiers. Tout le monde vaque à son occupation quotidienne. Aucun signe de recueillement pour se souvenir de ce douloureux passé.

Même l’interdiction de vente et de consommation de boissons alcoolisées, dont on ignore d’ailleurs le fondement, n’est plus respectée. On ne voit aucun intérêt à déclarer un jour férié si tout le monde fait ce qui lui plait.

En revanche, les prétendus anciens combattants du 29 mars 1947 semblent avoir signé un bail avec les décorations et courir les cérémonies de commémoration . À se demander quel âge avaient-ils en 1947 pour avoir encore 70 ans soixante-quinze ans après ? Une énigme que personne ne peut expliquer à part ces usurpateurs effrontés.

Commenter

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter