Faits divers

Dispositif de confinement – Des incartades signalées aux portes de Tana

Les dispositifs militaires visant l’effectivité du confine­ment sont toujours en vigueur.

Les forces de défense et de sécurité postées dans les points de contrôles des grands axes routiers ont bloqué toute circulation. La mesure a suscité une vive tension.

Hermétique. Echauffourée évitée de justesse aux portes de la capitale. Vendredi après-midi, une atmosphère délétère s’est installée entre les usagers de la route d’une part et forces de défense et de sécurité d’autre part, lorsque ordre a été donné de bloquer complètement les principaux axes routiers convergeant dans la capitale. S’inscrivant dans le dispositif de confinement pour parer à la propagation du coronavirus dans l’agglomération tananarivienne, cette mesure a été prise momentanément.

En quelques dizaines de minutes, des files de véhicules se sont formées sur des kilomètres dans les points périphériques urbains débouchant aux portes de la capitale. Les banlieues où débouchent les routes nationales ont été les théâtres d’une vive tension. Des automobilistes impatients se sont rués vers les points de contrôle pour demander outrageusement des explications aux éléments des forces de défense et de sécurité postés à ces endroits.

Sur la RN 4 à la hauteur de Manakambahiny Mahitsy vendredi, aux alentours de 15 heures et quart, des individus voulaient démonter le barrage mis en place par la compagnie territoriale de la gendarmerie nationale à Ambohidratrimo.

Lacrymogène

Face à l’affluence massive des usagers en furie, la poignée de gendarmes sur place avait des difficultés à gérer la situation. Informée de l’incartade menaçante, la compagnie territoriale de la gendarmerie nationale à Ambohidratrimo a sans tarder envoyé du renfort à la rescousse, d’abord pour renforcer le dispositif de sécurité, faire des sensibilisations et calmer la horde d’individus qui avaient les nerfs à fleur de peau.

Des pareilles scènes ont été signalées aux portes de Tana, mais sur d’autres axes routiers à l’instar des routes nationales numéro 2, 1, 3 et 7. À ce même instant, une échauffourée ayant abouti à l’utilisation de grenades lacrymogène par les forces de défense et de sécurité afin de disperser la foule, a été signalée à Anosizato. Sur la RN 7, le déroutage de voitures de tourisme sur la route d’Ambohijanaka, surmonté d’un filtrage effectué par l’armée malgache au niveau de l’intersection avec le By Pass est effectif depuis une semaine. Sur l’axe menant à Iavoloha, au niveau de la bifurcation conduisant au palais présidentiel, des véhicules d’assauts ont été positionnés.

Les faits survenus ont très vite fait des échos en haut lieu. Moins d’une heure après les heurts, le blocage total des grands axes a été levé. La circulation a de ce fait repris, dissipant ainsi la tension. Des réglementations plus flexibles et plus appropriées ont été préconisées.

 

Commenter

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter