Social

Diagnostic du coronavirus – Le matériel de prélèvements en nombre limité

Madagascar doit, en priorité absolue, recevoir du matériel de prélèvements pour le diagnostic du coronavirus. Il est en nombre limité, actuellement. «Ces petits cotons tiges sur lequel on va gratter le nez, pour faire des prélèvements rhino-pharyngé, nous n’en avons plus que mille cinq cent à mille huit cent », affirme le directeur de l’Institut Pasteur de Madagascar (IPM), le professeur André Spiegel.

C’était à l’IPM Avaradoha, samedi, lors de la visite du Chef d’Etat, Andry Rajoelina. Madagascar a déjà passé sa commande. « Le monde entier commande et réclame ces écouvillons », enchaine la source qui ne cache pas son inquiétude devant ce fait.

L’IPM serait disposé de faire probablement trois mille cinq cent plus huit mille tests au laboratoire en terme d’analyse. Toutefois, ce n’est pas tout le monde qui peut faire cette analyse médicale, à l’IPM. L’IPM réalise ces analyses sur les prélèvements qui sont adressés, selon la procédure définie par les autorités malgaches. « Votre médecin généraliste ne peut pas vous prescrire cet examen. C’est un examen qu’on réalise dans ce qu’on appelle, Centre national de référence, qui est d’ailleurs, le Centre national de référence de l’Organisation mondiale de la santé (OMS), à Madagascar, sur la grippe et les virus respiratoires », précise le professeur André Spiegel.