Accueil » Politique » Sécurité maritime – L’insuffisance de moyens limite les actions
Politique

Sécurité maritime – L’insuffisance de moyens limite les actions

Un nouveau centre de veille sera bientôt mis en place.

Les résultats sont palpables depuis l’opérationnalisation du Centre de fusion d’informations maritime (Cfim) en 2016. « Plusieurs navires irréguliers qui font des activités de pêches illégales, des bateaux transportant des armes, des drogues, des bois de rose, le trafic d’êtres humains et la migration par voie maritime ont été appréhendés grâce au fonctionnement des systèmes de localisation », rapporte le capitaine de vaisseau, Randrianan­tenaina Jean Edmond, directeur général du Cfim.
Les efforts méritent une accélération si le pays veut aller de l’avant dans l’amélioration de la sécurité maritime. Les moyens disponibles sont encore insuffisants pour perfectionner la protection des côtes à Madagascar.
« Le renforcement de la stratégie est primordial. Ainsi, la prochaine étape sera la création d’un centre de veille au sein du ministère de la Défense nationale. C’est à partir de l’installation des bases de données complètes qu’on pourra former notre base navale pour résister aux actes de banditisme par voie maritime », explique le ministre de la Défense nationale, le général Richard Rakotonirina.
En marge de la visite du ministre de la Défense nationale au siège du Cfim à Ankadivato, jeudi, l’améliora­tion de la politique de défense pour la sécurité maritime a été au centre des discussions.
Les dirigeants successifs ont essayé de développer la politique de défense maritime malgache. Mais des défaillances sont encore observées au niveau de la réalisation des activités à cause de l’insuffisance de matériel. Le ministre de l’Agri­culture, de l’Elevage et de la Pêche, Lucien Rafano­mezantsoa Ranarivelo a, par exemple, reconnu ce problème. Le Centre de surveillance de pêche ne dispose que de deux bateaux patrouil­leurs pour surveiller les eaux territoriales.
Au Cfim, tous les systèmes consistant à collecter des informations nécessaires sont mis à la disposition des techniciens malgaches au sein du Cfim. Le centre de veille est équipé de connexion internet alimenté par la fibre optique, de réseaux satellitaires AIS et de ressources humaines réparties dans plusieurs localités qui fournissent des renseignements.

 

Commenter

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter

Voir aussi