RANTO ANDRIAMBOLOLONA - HaiRun Technology : la prochaine « licorne » d’Afrique


HaiRun Technology est une entreprise spécialisée dans le développement de solutions numériques. Lors de l’édition 2023 du classement « Entreprise de l’année by Memento » et du Millenials de Jeune Patronat de Madagascar, HaiRun Technology a été sacrée meilleure entreprise de l’année dans les catégories « Ressources humaines » et « Entreprise la plus performante ». Entretien exclusif avec Ranto Andriambololona, Président Directeur Général et fondateur de l’entreprise HaiRun Technology. Voudriez-vous nous retracer l’historique de HaiRun Technology ? HaiRun Technology fait partie d’un ensemble de sociétés que j’ai fondé et que je dirige. L’entreprise a été créée il y a environ 6 ans suite à un parcours que j’ai eu en France où j’ai exercé la fonction de chef de produits et responsable management dans le développement de logiciel dans de grands groupes français comme Axway. En 2018, j’ai décidé de consacrer mes efforts pour le pays. Rentrer, créer un groupe, créer une entreprise structurée, viable avec un objectif, dans les cinq prochaines années, de travailler avec un millier de collaborateurs. Etant donné l’ADN de l’entreprise qui paie et qui déclare 100% de ces collaborateurs, ainsi que la vitesse de croissance que nous avons choisie, il a été nécessaire dès les deux premières années d’existence de se faire financer par fonds propre. Puis nous avons opéré une augmentation de capital. Nous avons ainsi fait appel à l’investisseur à impact qu’est Miarakap qui a injecté, à l’époque, un milliard d’ariary. HaiRun Technology vise le statut de « licorne », un grand défi … Une licorne par définition, dans l’univers des startups, c’est une entreprise valorisée à un milliard de dollars. Je précise que ce n’est pas HaiRun Technology mais le groupe qui a l’objectif d’atteindre cet objectif dans les 5 à 7 prochaines années. Effectivement, c’est un grand challenge. L’un de nos grands projets est de nous installer aux États Unis et de pouvoir capter des clients sur le créneau des nouvelles technologies comme l’Intelligence Artificielle (IA), la blockchain, la fintech. J’aime prendre comme exemple la société américaine, Palantir, qui est valorisée à plusieurs milliards de dollars, qui est parvenue à se diversifier en digitalisant les ministères publics américains, en nouant des partenariats avec des grandes sociétés comme Google, Microsoft etc… Lors de l’édition 2023 de l’« Entreprise de l’année by Memento », vous avez été primé. Que représente pour vous cette récompense ? Nous avons reçu deux trophées. Le premier, est le prix de l’entreprise la plus performante en ressources humaines. J’estime que c’est une récompense de nos efforts axés sur la qualité de notre management et les conditions salariales de nos collaborateurs. Intégrer HaiRun Technology n’est pas aisé car nous sommes très sélectifs. Mais lorsque qu’un collaborateur est chez nous, ses perspectives de carrière sont bien meilleures. Une nouvelle recrue va pouvoir évoluer en tant qu’ingénieur informaticien junior, puis confirmé, puis sénior, pour ensuite embrasser des postes de management comme directeur de projet ou chargé de programme. Après, pour ceux qui voudraient exercer des fonctions internationales, ils pourront être envoyés pour représenter la société dans les pays comme la France, à Paris, pour commencer, où nous avons un bureau avec 10 collaborateurs. Votre second trophée, celui de l’entreprise la plus performante de grande taille… Je précise que cette distinction a été attribuée par le cabinet FTHM qui a fait une étude approfondie sur le chiffre d’affaires du groupe, le nombre de collaborateurs, mais aussi selon le critère qui juge si chaque collaborateur est bien payé par rapport au chiffre d’affaires. En analysant tous les paramètres de l’entreprise, FTHM a décidé que notre groupe, aujourd’hui, est le premier à Madagascar et le plus performant. C’est un prix particulièrement significatif pour nous, parce que pour créer un empire technologique de la taille de Google en Afrique, par exemple, il est important de créer un gène, un ADN fort, un leadership. Pourquoi d’après-vous les entreprises malgaches sont peu visibles du radar des investisseurs internationaux ? J’estime que le problème de Madagascar se situe à deux niveaux. Premièrement, c’est une question d’éducation. Les entrepreneurs malgaches, qu’ils soient technologiques ou non-technologiques, ne comprennent pas que pour grandir, il est nécessaire d’oublier les mauvaises pratiques qui sont très facilement détectables par les bailleurs. La deuxième raison, à mon avis, concerne plus directement la technologie et les performances. À Madagascar, il y a de nombreux ingénieurs brillants mais qui, malheureusement, ne sont formés que sur l’exécution de la technologie. Il n’y a pas d’école orientée management de l’innovation, il n’y a pas beaucoup de dispositifs qui forment les techniciens pour l’entreprenariat. C’est pour cela que nous avons créé cette année notre propre école d’ingénieur dénommée Grande Ecole de l’Innovation Technologique (GEIT) Enfin, on peut constater qu’à Madagascar, il est encore difficile de se financer par le secteur privé. Chez HaiRun Technology, nous misons sur un modelé d’entreprise capable de donner des signaux positifs aux investisseurs pour que ces derniers puissent se dire qu’à Madagascar, il y a un groupe de 500 ou 1000 collaborateurs dirigé par un malgache, intégralement structuré, qui publie ses comptes, qui déclare l’ensemble de ses actifs, qui n’a pas de compte offshore. Une référence qui fera que Madagascar sera, enfin, une destination où les investisseurs oseront investir.
Plus récente Plus ancienne