Social

Consommation – Flambée du prix du riz

Augmentation rapide. Une hausse du prix du riz est constatée sur le marché depuis quelques jours. Les prix diffèrent d’un marché à l’autre. Certains commerçants avancent que l’état piteux des routes impacte sur le prix du riz. Les camions sont coincés dans les localités produisant du riz comme la région de l’Alaotra. Les commerçants paient plus de frais de transport. Presque tous les grossistes d’Anosibe ne possèdent pas de riz local actuellement. Selon un commerçant, le type de riz étranger intéresse plus les consommateurs. Du coup, certains grossistes n’étalent que du riz provenant de Thaïlande, de Pakistan et d’Afrique. Le prix du sac varie entre 70 000 et 98 000 ariary.

Certains marchands possèdent du riz local ; lemakalioka s’achète à 84 000 ariary le sac, le « vary gasy » à 87 000, et 96 000 pour le riz Manalalondo. Une hausse de 200 ariary est constatée sur les étals des épiciers. Le makalioka se vend à 2 000 ariary tandis que le « vary gasy » à 2 200 ariary. « Nous ne vendons pas de riz local actuellement car c’est cher», explique Eric, un grossiste à Anosibe. D’autres grossistes soulignent que cette hausse ne s’est appliquée que depuis deux jours et que ceux qui vendent en détail ne devraient pas encore augmenter leur prix. Pour le marché d’Andravoahangy, le riz a augmenté à 1 800 ariary alors qu’il était à 1760 ariary auparavant.

Cette hausse est prévisible vu la période de soudure mais surtout l’importation de riz dans le pays selon un marchand de riz à Soamanatombo. « L’explication est très simple. Les paysans n’ont plus de stock de riz à vendre. L’arrivée des riz importés influent sur le prix du riz local. Évidemment, nous sommes aussi en période de soudure», affirme Jean-Pierre, un commerçant. Il a souligné que si les intempéries persistait, cette hausse n’en resterait pas là. Une descente des agents du ministère du Commerce et de l’industrie a été effectuée hier après-midi pour évaluer les prix sur le marché afin de trouver des solutions y afférentes.

Commenter

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter