Accueil » Editorial » Drogbassesse
Editorial

Drogbassesse

e joueur vedette des Barea locaux prétentieusement surnommé Drogba a été exclu de l’équipe par le coach Romuald Rakotondrabe pour indiscipline. L’équipe est en regroupement à Carion en vue de la phase finale du Chan en Algérie à partir du 15 janvier. Et tout le monde y va de son commentaire. Les uns pour clouer au pilori coach, les autres pour défendre joueurs. Quels que soient les motifs, un joueur doit observer la discipline de groupe.

Le coach y veille scrupuleusement pour qu’il n’y pas un traitement de faveur au profit d’un joueur ou d’un autre qui risque de saper l’ambiance générale. Drogba a beau être le meilleur buteur de l’équipe, cela ne l’autorise guère à écart de conduite. Surtout que Barea Chan n’est que l’antichambre des vrais Barea. Un minimum d’humilité se recommande pour tous les aspirants à l’étage supérieur. La modestie est d’ailleurs la marque déposée des grands joueurs. Il faut attendre des titres à défaut et des faits d’armes pour pouvoir s’autoriser un tel comportement. Et encore. Aucun coach ne peut tolérer l’indiscipline d’un joueur à l’image de l’ancien sélectionneur des Lions de l’Atlas Vahid Halilhodzic qui a écarté l’ailier de Chelsea Hakim Zyiech pour conduite cavalière. Mais les dirigeants de la fédération marocaine ont préféré le joueur au coach.

Les vrais Barea avaient également souffert en 2019 quand le coach avait complètement perdu le contrôle de l’équipe après la qualification pour la Can. Les joueurs avaient été sollicités de toutes parts pour des dîners ou des soirées et chacun faisait ce qui lui plaît. La sanction a été immédiate puisqu’on avait perdu les derniers matches à domicile heureusement sans conséquence. L’équipe de France avait connu le même sort au Mondial 2010 en Afrique du Sud où le coach Raymond Domenech avait perdu la direction de l’équipe dont les joueurs se chamaillaient entre eux. L’histoire s’est terminée par l’éviction de Nicolas Anelka bouc émissaire tout trouvé. Les Scorpions avaient subi la même situation lors du match contre la Côte d’Ivoire en janvier 2001 à Mahamasina. Le premier match a été arrêté à la 70 éme minute a cause d’un déluge alors que les Scorpions menaient 1-0. Rejouée le lendemain, la rencontre s’était soldée par la victoire des Ivoiriens 3 à 1. Certains joueurs malgaches manquaient visiblement de sommeil. Moralité de l’histoire, la discipline est mère de victoire.

Commenter

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter