Accueil » Economie » Soupçons de détournement – La Jirama étale ses pertes financières
Economie

Soupçons de détournement – La Jirama étale ses pertes financières

Une levée de bouclier contre les flèches empoisonnées décochées par la Banque mondiale ? Peut-être. Rivo Radanielina, directeur général par intérim de la Jirama, l’entreprise incriminée, dévoile, au détour d’une rencontre avec des journalistes « qu’en 2022, les dégâts financiers estimés par la compagnie nationale d’eau et d’électricité, en raison des branchements illicites d’électricité, pourraient dépasser les 135 milliards d’ariary. La Jirama se fixe comme objectif de récupérer au moins la moitié de ses avoirs, soi t 70 milliards d’ariary », a-t-il indiqué. Comme pour rassurer les bailleurs de fonds sur son souci et de sa volonté à se soumettre sous le « joug de la bonne gouvernance ».

Il entend aussi couper les fils reliant les vols d’électricité. « La Jirama renforce les opérations de ratissage. Samedi, ses agents ont effectué des contrôles inopinés au sein de 100 foyers à Andohanimandroseza et Ambohipo. Ces descentes imprévues se poursuivront dans d’autres quartiers », a-t-il prévenu.

Aujourd’hui, la Jirama passe aux yeux de l’opinion publique, pour être une société d’État déficitaire sur tous les plans. Bénéficiant d’une subvention de 382 milliards d’ariary, aux frais des contribuables, au titre de la loi de finances 2022. Ayant mal géré les aides financières de la Banque mondiale. Ne payant les factures de l’un de ses fournisseurs qu’après un audit minutieux, selon les ordres de Christian Ntsay, Premier ministre en colère du côté d’un orphelinat d’Arivonimamo. Tout en distribuant de l’eau potable aux couleurs saumâtres, à la qualité douteuse, dans de nombreux foyers. Le slogan « les abonnés comme priorité » n’a plus ici aucun sens.

En attendant que tout soit clair de cette situation plus que nébuleuse, l a Jirama continue à croire à la production de l’énergie renouvelable, la seule issue pour se débarrasser de la thermique-dépendance. Andry Ramaroson, ministre de l’Énergie et des hydrocarbures a signé un autre accord dans ce dessein avec le Groupe Qair. De ces multiples initiatives, combien vont produire l’effet escompté ?

Commenter

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter