Accueil » Economie » Flambée du prix du Baril – Madagascar condamné à l’exploitation pétrolière
Economie

Flambée du prix du Baril – Madagascar condamné à l’exploitation pétrolière

Quarante  cinq  employés  méritants  de  l’OMNIS  ont  reçu  des  distictions  honorifiques  à  l’occasion de  son  45e anniversaire.

Le prix du baril du pétrole actuellement à 75 dollars devrait continuer à augmenter dans les mois à venir. La seule option qui s’offre à Madagascar pour éviter cette flambée est d’exploiter ses ressources en pétrole.

Madagascar n’a plus le choix. La Grande île devra envisager sérieusement d’exploiter ses ressources pétrolières si elle veut éviter de subir les effets dévastateurs d’une flambée du baril sur le marché mondiale. Ce prix avoisine actuellement les 75 dollars après avoir atteint le plancher de 35 dollars il y a près d’une année à cause de la crise sanitaire. Selon le ministre de l’Energie et des hydrocarbures, ce cours ne devrait plus descendre en dessous des 70 dollars dans les années à venir selon les prévisions de son département.

«Madagascar est condamné et nous n’avons pas les moyens de contrôler le cours du baril sur le marché international. Madagascar est donc condamné à se tourner vers des solutions que nous pouvons maitriser et d’envisager sérieusement d’exploiter des gisements tels que Tsimiroro, Bemolanga et Mahavoky», souligne le ministre à l’occasion de la célébration du 45e anniversaire de l’Office des mines nationales et des industries stratégiques (OMNIS).

Cette déclaration du ministre tombe véritablement à point nommé pour l’ensemble des acteurs du secteur pétrolier amont.

En veilleuse

Il faut dire que le secteur de l’exploration pétrolière est presque en veilleuse depuis quelques mois, voire quelques années pour diverses raisons mais particulièrement à cause des choix stratégique des autorités et aussi le contexte économico-sanitaire dans le monde. Sur les quelques vingtaines de compagnies pétrolière ayant été présentes sur la Grande île il y a quelques années, il ne reste plus pratiquement aujourd’hui que Madagascar oil, la compagnie qui exploite le gisement d’huile lourde de Tsimiroro. A en croire le ministre, il est donc plus que temps à l’heure actuelle pour Madagascar de se lancer dans des activités de promotion de ses blocs pétrolières on shore et off shore

«L’OMNIS est déjà prête depuis longtemps pour lancer cette campagne de promotion. Je pense que le temps pris par le gouvernement avant d’autoriser le lancement de cette campagne de promotion a surtout été pour mieux apprécier les intérêts et les avantages de Madagascar», souligne de son côté Rasolonirina Nantenaina, directeur général par intérim de l’OMNIS.

Les choses devront donc bouger dans les semaines à venir pour le secteur pétrole amont à en croire le ministre qui parle d’action concrète dès la semaine prochaine. A cause de la pandémie du covid-19 et d’une certaine tergiversation dans le choix stratégie pour ce secteur au niveau des autorités, il faut dire que Madagascar a déjà manqué plusieurs rendez-vous économiques internationaux des acteurs mondiaux du pétrole.

Commenter

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter