Culture Magazine

Sanfil Jazz Club – Antsirabe : Pleins feux sur l’antre des mélomanes de la Ville d’Eaux

Dans cette ville réputée comme le berceau de grands groupes, artistes et surtout artisans de la Grande île, un vivier de mélomanes vient d’inaugurer un club de jazz. De quoi développer la créativité de ses habitants.

Laisser la part belle à la convivialité aux musiciens, dans une ambiance chaleureuse et conviviale, mais également les rapprocher avec le public mélomane. C’est un lieu unique en son genre, tout à l’image de son initiateur. Un lieu que l’on a le plaisir de découvrir le temps d’un passage dans la Ville d’Eaux.

Destination touristique très prisée depuis plusieurs décennies, Antsirabe se caractérise par sa spécificité à la fois urbaine et rurale qui s’y conjugue avec harmonie à travers sa population, et par la solidarité des artistes qui émergent d’elle. C’est fort de cet élan de créativité qui bouillonne continuellement que l’illustre Silo Andrianandraina, auteur et compositeur pluri-instrumentaliste, plus connu sous son nom de scène Silo, y a largué les amarres pour créer un jazz club inédit.

C’est dans son « Sanfil Bar Ampihaviana », dont les portes ont été ouvertes au début de ce mois de novembre, que le musicien émérite convie sans exception tous les musiciens de la ville à se joindre à lui pour s’imprégner du « Sanfil jazz club ». C’est le 21 novembre que le club a été officiellement inauguré. C’était l’occasion pour divers musiciens, originaires de la localité, de se retrouver et de se redécouvrir. D’autres musiciens, de divers horizons, ont également pu apprécier le talent de ces derniers et échanger avec eux, au milieu du public.

« On retrouve de plus en plus de jazz club dans les grandes villes. Là où toutes les communautés de musiciens prennent pied, se trouvent toujours des clubs de jazz. Ce sont des lieux qui privilégient les échanges et l’éclectisme musical, une vision que l’on tient à partager avec tous les mélomanes de cette belle ville d’Antsirabe. Un endroit déjà reconnu de tous pour sa richesse culturelle », conclut Silo.