Texto de Ravel

Le Sommet mondial sur le genre 2019, un grand pas en avant pour les femmes africaines

Elle était montée dans le bus avec son bébé à la main. Elle a pris la main de son mari dans la sienne et l’a regardé d’une manière ferme, sérieuse mais réconfortant. Puis, elle lui dit : « Fais attention à l’épargne. Fais attention à l’argent ! Tes enfants, j’en prends soin. Ton cheval, ton bétail, la maison, l’agriculture : je m’en occupe. Va et travaille mais surtout, fais attention à l’épargne ». Cette femme regarde partir son mari prendre le bus frontalier pour aller travailler dans un autre pays. C’est un moment qui a marqué l’enfance de l’actuel Président de la BAD. C’est ainsi qu’il a appris à quel point la femme africaine est un grand manager qui peut tout surmonter.
Le Sommet mondial sur le genre organisé sous l’égide de la Banque africaine de développement et la République du Rwanda a commencé ce jour. Ce Sommet de haut niveau se tient du 25 au 27 novembre 2019, au Kigali Convention Centre, Kigali, Rwanda. Cette manifestation biennale réunit des dirigeants de gouvernements, d’institutions de développement, du secteur privé, de la société civile et du monde universitaire du monde entier. Pour la première fois, elle s’est tenue sur le continent Africain.

Sous le thème «Débloquer les obstacles à l’égalité des sexes», le sommet examine trois dimensions importantes pour l’effectivité de l’égalité des sexes et l’autonomisation des femmes. C’est ainsi que durant les trois jours, des ateliers et des échanges se feront sur l’appui à l’accroissement des financements innovants ; la création des environnements juridiques plus propices, réglementaires et institutionnels favorables ; et la promotion et l’assurance sur la participation et la voix des femmes.

Le principal objectif du sommet est de partager les meilleures pratiques et de catalyser les investissements pour accélérer les progrès en matière d’égalité des sexes et d’autonomisation des femmes en Afrique et dans le monde. Le sommet est également une plateforme pour apporter des actions concrètes pour débloquer les obstacles à l’égalité entre les femmes et les hommes.

Durant son intervention à la cérémonie d’ouverture, le Dr. Akinwumi Adesina, Président de la Banque Africiane du Développement a mis en avant l’importance du réseautage qui doit être créé entre les femmes Africaines. D’une manière très réaliste il a dépeint la réalité que vivent les femmes africaines. Il a dit que durant la campagne présidentielle, Mme Hillary Clinton a beaucoup parlé du plafond de verre qui freine les femmes dans le monde entier. Pour le Dr. Akinwumi Adesina, en Afrique, ce plafond n’est même pas en verre. Il est en béton armé, en acier au point où contrairement pour le plafond de verre par lequel on peut encore voir ce qui se passe en haut ; ce plafond d’acier ne permet aucune perspective pour nos Africaines. Quand la femme avance, tout le monde avance. Personne ne perd.

Ce Sommet mondial sur le genre 2019 entre également dans le cadre des 16 jours d’activisme pour mettre fin aux violences faites aux femmes. Les violences économiques sont très subtiles. Pourtant leurs conséquences sont très graves. En effet, une femme renforcée économiquement est plus libre, plus forte afin de réclamer ses droits et ceux des autres. Aussi, émanciper économiquement les femmes, c’est soutenir directement chaque foyer, chaque village, chaque pays.

Commenter

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter