A la une Politique

Communales à Antananarivo : Naina Andriantsitohaina creuse l’écart

L’issue des municipales à Antananarivo commence à se décanter. Au regard des tendances provisoires, le candidat Naina Andriantsitohaina creuse son avance sur ses concurrents.

Un peu moins de deux mille cinq-cents. Tel est le nombre de voix de différence entre le candidat Naina Andriantsitohaina, favori de la coalition « Isika rehetra miaraka amin’i Andry Rajoelina » (IRD), et son principal poursuivant le candidat Ny Rina Randria­ma­sinoro, porte-étendard du parti « Tiako i Madagasikara » (TIM).
Selon les chiffres provisoires recueillis auprès de la Commission électorale nationale indépendante (CENI), à 22 heures 9 minutes, le porte-fanion des Oranges arrive en tête des tendances provisoires des élections municipales à Antananarivo. Avec trente-trois mille deux-cent soixante-neuf voix obtenu, soit 49,15% des suffrages exprimés, l’ancien ministre des Affaires étrangères creuse son avance sur l’ancien secrétaire général de la Commune urbaine d’Antananarivo (CUA).

Le candidat Ny Rina Randriamasinoro que les tendances placent provisoirement en seconde position avec trente mille sept cent soixante-seize voix, soit 45,46% des suffrages exprimés. Au total la CUA compte mille deux cent deux bureaux de vote. Les chiffres compilés par la CENI, hier à 22 heures 09, sont issus de cinq cents quatre bureaux de vote traités et rapportent le choix de soixante-neuf mille trois cent vingt votants.

Défis

Outre les cinq-cents quatre-vingt un votes blancs et les mille quarante-six voix nulles, la tendance provisoire rapportée ici indique que les cinq candidats en lice dans la course à la magistrature de la capitale, se partagent provisoirement soixante-sept mille six cent quatre-vingt-treize suffrages exprimés.

Outre le favori de l’IRD et celui du TIM qui sont provisoirement en première et seconde place, et ont glané provisoirement plus de 94% des suffrages exprimés, les trois autres prétendants au poste de maire d’Antana­narivo se partagent les quelques 5% restant. Le candidat Faniry Alban Rakotoa­risoa, présenté par le parti « Antoko politika madio » (APM), qui se place provisoirement en troisième position n’a obtenu que deux mille neuf cent vingt-et-une voix, soit 4,32% des suffrages exprimés.

Le candidat Feno Harison, qui se présente sous une bannière indépendante arrive en quatrième place des tendances provisoires avec quatre-cent soixante-onze voix, soit 0,70% des suffrages exprimés. En queue de pelleton se trouve le candidat Eliace Ralaiarimanana, également inscrit en tant qu’indépendant, a obtenu 0,36% des suffrages exprimés, ce qui équivaut à deux-cent cinquante six voix.

Au regard des tendances provisoires d’hier, à 22 heures 09 minutes, les résultats de plus de la moitié des bureaux de vote dans la capitale ont été traités par la CENI. Sauf changement, les tendances définitives devraient être connues durant cette matinée. « À l’allure où vont les choses, il serait difficile pour son principal poursuivant de combler l’écart qui le sépare du candidat Andriantsitohaina », confie un observateur qui suit les opérations de traitement des résultats au siège de la Commission électorale, à Alarobia. Le faible de taux de participation permet difficilement d’envisager un renversement de situation.

Le taux de participation, justement, semble fondre au fur et à mesure que les résultats sont traités. À 22 heures 09 minutes, il s’affichait à 22,63%. Face à un si faible engouement des électeurs, le futur maire d’Antananarivo aura fort à faire pour asseoir sa légitimité. Il lui faudra faire ses preuves, convaincre par le travail et les résultats. Le futur édile de la capitale n’aura que l’embarras du choix étant donné que le chantier pour le relèvement de la ville est colossal.

En tête de liste des challenges que le nouveau maire aura à relever, il y a la lutte contre l’anarchie qui règne sans partage dans la ville des mille. En parallèle à cela, il faudra mener la bataille de l’assainissement. Durant son émission spéciale, lundi, Andry Rajoelina, président de la République, a annoncé un appui financier de dix milliards d’ariary, pour faire face aux urgences du redressement de la capitale.

Le candidat Naina Andrian­tsitohaina est provisoirement en bonne position pour être celui qui aura la tâche de relever les défis d’Antananarivo. Quoi qu’il en soit, le futur maire aura une obligation de résultat.