Accueil » Océan indien » TRAVAIL – Le retour progressif du présentiel à l’île Maurice
Océan indien

TRAVAIL – Le retour progressif du présentiel à l’île Maurice

Plus de deux ans après le Covid-19, la vie dans les entreprises se réorganise. Le télétravail, le travail hybride, la flexibilité des horaires des concepts issus de crise pandémique sont en phase d’être remplacés.

Aujourd’hui, le présentiel dans le monde corporate s’impose et reprend le dessus pour une transition sans anicroche entre les deux mondes. Les spécialistes du monde du travail sont catégoriques. Le face-to-face réapparaît dans les grandes entreprises, se recoupant dans pratiquement tous les secteurs économiques, allant du tourisme aux finances en passant par les Tics, le textile, la construction, entre autres. Faut-il s’étonner de ce retour à la normale dans le paysage mauricien ? Certainement non, s’exclament certains dirigeants d’entreprises qui se réconfortent à l’idée que l’ambiance d’une maind’œuvre physiquement présente sur les lieux du travail devient aujourd’hui visible. Manish Bundhun, Chief Human Resources Executive du groupe Rogers, privilégie le présentiel au niveau de son personnel, vu que toutes les restrictions sanitaires ont été enlevées.

«Il y a définitivement depuis quelques semaines un retour à la normale au sein de nos effectifs à presque 90 %. Il y a encore 10 % en télétravail dépendant de la nature des activités où les employés ont le choix d’une certaine flexibilité.» C’est le business model, dit-il, adopté aujourd’hui par les corporates tant à l’échelle locale qu’internationale, sachant qu’il a fait ses preuves pendant la crise sanitaire quand le monde était en confinement. «À Maurice, ce modèle hybride où les employés répartissent leurs journées de travail entre leur bureau et leur résidence gagne du terrain et on ne compte pas le changer», explique Manish Bundhun.

Un levier essentiel

Il ajoute que les réunions Zoom sont nécessairement encouragées uniquement pour sa convenance, voire sa flexibilité, en évitant à certains de se déplacer physiquement pour des réunions et d’être pris dans des embouteillages, perdant ainsi du temps précieux alors qu’il existe un support technologique pour se réunir et discuter. «Ce n’est certainement pas une obligation comme c’était le cas durant la crise du Covid», insiste-t-il. Sans doute, d’autres diront que le télétravail qui a fait une entrée fracassante avec la crise sanitaire, constitue aujourd’hui un levier essentiel du monde du travail. Et qu’on est passé de l’adaptation forcée à l’anticipation pour demain.

Mais de quoi sera fait demain, s’interrogent certains en évoquant le future of work, question qui suscite la réflexion dans les entreprises. Oui pour le retour au bureau, mais la question primordiale demeure : pour y faire quoi et pour combien de temps. Alors que les nouvelles technologiques avec l’IA et la robotisation, qui ont pris le relais dans certains secteurs comme les banques et les grandes surfaces, posent des problématiques sur les limites du face-to-face au travail à l’avenir. Or, tout comme Manish Bundhun, le chairman de Mauritius Finance et managing director de Vistra Ltd, engagée dans le Global Business, Shahed Hoolash observe que pour le moment dans le secteur financier, les employés retournent massivement au bureau.

Lexpress.mu

Commenter

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter