Accueil » Economie » JEUNES ENTREPRISES RURALES – Les appuis se multiplient et se renforcent
Economie

JEUNES ENTREPRISES RURALES – Les appuis se multiplient et se renforcent

Des jeunes entrepreneurs ruraux exposant leurs produits lors de la Foire Internationale de l’Agriculture (FIA 2022).

Plusieurs filières agricoles opérées par les jeunes entreprises rurales ont vu leurs activités prospérer significativement ces dernières années grâce aux appuis dont elles bénéficient.

Différents projets d’amé­lioration des rendements agricoles à l’instar de celui dans le moyen-Ouest soutiennent les activités de jeunes entreprises rurales. Les rendements en riz, maïs et en arachide ont ainsi doublé, voire plus. C’est le Fonds africain de développement (FAD) qui a accordé au projet 23,42 millions USD de financement, auquel se sont ajoutés 11,28 millions USD dans le cadre de la Facilité d’appui à la transition du Groupe de la Banque Africaine de Développement. On sait en outre qu’avant même la fin du projet, prévue en 2023, le rendement rizicole dans les régions de Bongolava et Amoron’i Mania est passé de 2 à 6,6 tonnes à l’hectare. Celui du maïs a atteint 4 tonnes, contre 1,5 tonne en 2015. Quant à l’arachide, le rendement atteint 1,5 tonne à l’hectare, contre 0,75 tonne avant le projet. Les productions ont ainsi bondi dans la région. Selon le ministère en charge de l’Agriculture, les appuis obtenus par Mada­gascar permettent notamment d’aménager de nouveaux terrains agricoles pour les jeunes entrepreneurs s’engageant dans le monde agricole. Ce département qui a rapporté que ces dernières années, l’aménagement de 13 086 hectares de terres totalisant une superficie de 2 064 hectares a pu être réalisé. Aussi, 11 022 hectares de terres dotées de kits d’irrigation accueillent des jeunes entrepreneurs dans les zones d’émergence agricole

. Parallèlement à cela, 165 kilomètres de pistes rurales ont été aménagés et un appui a été apporté à 82 unités de productions semencières. Sept guichets fonciers ont été construits, permettant de délivrer 5 654 certificats fonciers aux producteurs. Les réalisations dans le cadre de l’appui à la production animale sont également nombreuses. Il est à noter la distribution de 154 porcelets de race locale dans la région de Bongolava, la distribution de 330 porcelets de race améliorée distribués dans la région de Bongolova et dans la région d’Amoron’I Mania. Un appui à près de 140 naisseurs de porcs en activité dans les deux régions a permis une production de 90,4 tonnes de viande de porc, dont 26,08 tonnes pour Amoron’i Mania et 64,32 tonnes pour Bongolava. Rien que pour le projet financé par le FAD, plus de 370 entreprises détenues par des jeunes sont accompagnés. Pour Moussa Morou, responsable du projet à la Banque africaine de développement, la réalisation de la deuxième phase du projet concernera plus de régions pour « un impact certain sur la production et la productivité pour une meilleure sécurité alimentaire dans les zones d’intervention. Les soutiens aux jeunes agriculteurs permettent également la création d’emplois et la réduction de la pauvreté à Madagascar ».

Le secteur privé s’y met aussi

Notons que le Fonds international de développement agricole (FIDA) des Nations Unies a aussi renforcé son soutien aux Petites et Moyennes Entreprises (PME) agricoles et particulièrement aux jeunes entrepreneurs, considérés comme des acteurs essentiels pour le développement rural. Parmi les soutiens apportés, notons le financement de 3,5 millions d’euros accordé à l’entreprise Soafiary qui compte élargir sa base de prestataires (de 1 000 à 5 000 agriculteurs), et devrait ainsi acquérir environ 15 000 tonnes de produits d’ici à 2025. Selon les projections, les revenus des petits exploitants devraient augmenter de 30%. Mais l’appui ne se limite pas aux seuls bailleurs de fonds institutionnels. Le secteur privé est aussi de plus en plus présent sur ce créneau et contribue à améliorer les rendements agricoles des jeunes entrepreneurs.

Ainsi, le Groupe Castel, société mère de Star Madagascar, affirme accompagner activement le développement de l’agrobusiness dans la Grande Île, pour un impact réel et durable sur les systèmes alimentaires, mais surtout de stimuler et encourager l’entrepreneuriat des jeunes. C’est ainsi qu’a été lancé le concours ciblant les jeunes entrepreneurs malgaches de 18 à 45 ans. Un comité local de sélection comprenant des représentants de Star, du Syndicat des industries de Madagascar (SIM) et des ministères de l’Agriculture et de l’Industrie est chargé d’évaluer et sélectionner les candidats. Les deux premiers lauréats recevront respectivement 15 000 et 10 000 euros ainsi qu’un parrainage et un programme de coaching. Les quatre autres lauréats bénéficieront d’un accès à des formations entrepreneuriales certifiantes à Genève. De son côté, la banque BNI Madagascar soutient le programme de Promotion de l’Entreprenariat des Jeunes dans l’Agriculture et l’Agro-industrie (PEJAA).

Commenter

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter