Accueil » Actualités » Vols spéciaux – Un traitement à parts égales attendu
Actualités

Vols spéciaux – Un traitement à parts égales attendu

L’ambassade de France a réagi hier de bon matin suite aux informations relayées dans la presse sur l’annulation au dernier moment du vol MDO50 devant relier Antananarivo à Paris. « Les autorités françaises ont été amenées à retirer l’autorisation pour Air Madagascar de prendre des passagers dans le sens Tananarive Paris pour le vol du 28 septembre, afin de rétablir l’équilibre entre les deux compagnies, en raison du refus répété des autorités malgaches d’autoriser Air France à prendre des passagers dans le sens Paris-Tananarive » souligne le site de l’ambassade de France.

Des explications qui n’ont pas été obtenues dimanche soir à l’annonce de la compagnie aérienne malgache sur les réseaux sociaux de l’annulation du vol spécial d’Air Madagascar prévu hier lundi pour rejoindre Paris. « Nous avons été informés par l’aviation civile française que les vols d’Air Madagascar au départ d’Antananarivo ne pourront plus prendre de passagers jusqu’à nouvel ordre ». Il ne s’agit donc pas d’une impossibilité d’aller récupérer des passagers en terre française mais plutôt une interdiction de transporter des passagers au départ d’Antananarivo vers la France. La compagnie aérienne malgache embarque en effet depuis le 5 septembre à raison de quatre vols hebdomadaires, des passagers dans les deux sens, Tana-Paris-Tana. Par contre Air France n’a pas été admise par les autorités malgaches à en faire de même, mais seulement de Tana à Paris.

Réciprocité

Faire voler un avion à vide dans un sens constitue une perte. La compagnie aérienne française demande à récupérer cette perte en demandant de pouvoir amener des passagers depuis Paris. Air Madagascar ne pourrait pas se le permettre vu le désastre financier dans lequel il vit actuellement. Il fut un temps où la compagnie malgache affrétait des appareils de compagnies étrangères telles que Hilfy ou Euroat­lantic, pour sauver la ligne qui constitue près de 60% de son chiffre d’affaires, à savoir Tana-Paris-Tana, coûtant la bagatelle de 200 000 dollars aller-retour.

Un endettement des plus difficile à résorber. Aussi, voler à vide jusqu’à Paris ne s’annonce-t-il pas plus judicieux vu qu’une place coûte au minimum 800 euros. « Chacune des deux compagnies devrait pouvoir effectuer une ou deux rotations dans chaque sens par semaine, dans le strict respect des règles sanitaires » propose Jean Hervé Fraslin, conseiller des Français de l’étranger, vice-président du conseil consulaire des Français de l’étranger élus à Madagascar. « C’est pour que nous ne soyons pas victimes des mauvaises décisions des autorités des deux pays » ajoute-t-il.

4 commentaires

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter

  • NIET ! Air France s’est goinfrée depuis le début de la crise sanitaire avec 8000 embarquements de passagers au total alors que notre compagnie aérienne nationale n’a pu réaliser que 2000 embarquements dans les deux sens depuis le 5 septembre seulement . La partie Française ne devrait pas nous prendre pour des cons avec leur conception malhonnête du principe de réciprocité . Les autorités Malgaches ne devraient pas se laisser marcher sur les pieds . Air Mad vue sa situation financière ne pourra pas se permettre le luxe de laisser Air France renflouer ses caisses à son détriment comme si le prêt garanti par l’état Français d’un montant de 7 milliards d’euros et la compression de 8000 l’effectif de son personnel ne leur suffisent pas ! Air France et sa trésorerie ne seront pas impactées énormément avec des avions vides de Tana à Paris . C’est la survie d’Air Mad qui est en jeu …

  • Les Malgaches bloqués en Europe n’ont pu rentrer au pays que depuis mi-août : pas étonnant qu’ils ne soient actuellement que 2000 à l’avoir fait ! La faute à Air France qui rapatrie depuis avril, ou aux autorités malgaches qui ont retardé ce retour malgré les nombreux appels parfois désespérés relayés notamment par les réseaux sociaux ? Et maintenant ces mêmes autorités se poseraient en victimes ?!

    • Madagascar est souverain quant à l’élaboration de sa stratégie de gestion de la crise sanitaire sur les vols internationaux à Ivato . Vous oubliez que notre pays a pris la décision discutable ou non de fermer les frontières aériennes bien plus tôt que La France . Pourquoi ces Malgaches bloqués en Europe n’ont pas essayé de faire des démarches auprès d’AIr France au lieu d’attendre toujours l’assistanat ? Les vols de rapatriement au départ de Part ou d’Ivato sont des vols spéciaux qui relèvent des prérogatives de l’ACM et de l’aviation civile Française ! Les autorisations sont les règles requises point barre …

      • Bonjour chers amis,
        Mais nous sommes des moramora. On est toujours en retard et après on se plaint. Bien vu les gars. Et vous allez voir, le tourisme va être la même chose. Prépare-t-on la saison ou qu’est-ce qu’on attend?
        Pour ce qui me concerne, je vais toucher mot à l’industrie aéronautique. Elle est partie à la dérive. C’est un peu normal vu le « capitaine » et évidemment ses sbires qui est aux commandes (laissez moi rire. Il ne fait aucun doute du dicton: THE RIGHT MAN AT THE RIGHT PLACE. Est-ce la cas pour ACM? Vérifiez vous même et vous m’en direz des nouvelles. C’est la débandade totale, c’est la honte, et c’est du jamais vu. Je consens qu’il y ait des mauvaises actions mais ne serait-il pas sensé de régler cela « à l’amiable » (vs corruption). ON EST EN TRAIN DE COULER L’INDUSTRIE AERONAUTIQUE. AU ET AU SU DE TOUS.
        Sans rancune

Voir aussi