Accueil » A la une » Ruée vers Toamasina – Les opérateurs touristiques s’activent
A la une Economie

Ruée vers Toamasina – Les opérateurs touristiques s’activent

Les  plagistes  d’Ambodiatafana  (23km  sur  la  RN5) préparent  les  lieux  avec  les  moyens  du  bord.

L’ouverture des frontières terrestres régionales vers l’Atsinanana devient un couteau à double tranchant. Les opérateurs locaux craignent une paralysie financière.

Tardives. Les préparations se font à la va vite dans la capitale économique pour accueillir les vacanciers. Selon les estimations, ils viendront en nombre à partir de cette fin de semaine, après l’annonce récente des autorités de l’ouverture des frontières régionales.

« Les coopératives de transport en commun reliant la capitale à Toamasina, croulent sous les demandes de réservation. Cependant, avec cette hausse subite de l’affluence touristique locale, nous essayons tant bien que mal de se relever le plus rapidement après ces nombreux mois d’ankylose. Certes, l’annonce de la reprise des activités touristiques s’apparente à une providence. Mais la plupart des opérateurs étaient à terre depuis quelques mois et se retrouvent avec peu de moyens pour rebondir en si peu de temps » déplore AhKan Judicael président du groupement interprofessionnel en hôtellerie et restauration de la région Atsinanana (GIHR).

Une façon pour ce responsable de suggérer un renforcement des mesures d’accompagnement de la part des autorités compétentes. D’après lui, une dizaine de propriétaires hôteliers se sont résignés à vendre, ne supportant plus les charges liées aux impacts de la pandémie ainsi que du délabrement des infrastructures routières.

« Effectivement, le Covid-19 est la principale cause du déclin de notre secteur. Cependant, pour la région Atsinanana, les artères de bitume représentent aussi un facteur important pour le développement du secteur hôtelier comme l’axe Rn5 malgré les réhabilitations partielles déjà réalisées. À l’image de Foulpointe qui en ce moment est presque déserte. Et où un bon nombre d’établissements d’accueil ont hissé le drapeau blanc » rajoute le président du GIHR.

Package

Malgré ce contexte morose de reprise des activités, ces opérateurs n’en démordent pas. Des actions à très court terme sont prévues pour la semaine prochaine. Des propositions, de nouveaux modes de consommation, sont envisagés pour essayer de faire profiter tous les acteurs de la région de cette manne touristique, à tous les niveaux de la chaîne de valeur.

« On s’active déjà du mieux qu’on peut et selon les moyens que nous avons en main.On envisage de proposer des packages de voyages complets incluant le transport, l’hébergement, la restauration, le guidage etc… pour les vacanciers en provenance d’Antananarivo. Un package qui fera participer tous les acteurs de la chaîne touristique de manière homogène. Les campagnes de promotion des circuits locaux seront renforcées à l’instar du canal des Pangalanes ou encore des sorties pédestres dans le parc d’Ivoloina» détaille Ah Kan Judicael.

Les opérateurs de l’Est prennent ainsi exemple sur les professionnels du voyage de Nosy Be. À l’annonce présidentielle sur la reprise des vols internationaux, ils ont proposé des voyages organisés, à moindre coût, au départ de la capitale malgré l’interdiction de sortie des véhicules de transport en commun vers les autres régions hormis l’Atsinanana.

Commenter

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter

Voir aussi