Editorial

Hors jeu

Un camouflet. La candidature de Madagascar a été rejetée au profit de celle des Maldives pour l’organisation des onzièmes Jeux des îles de l’océan Indien en 2023. Une première pour cette petite république de 300 km2 pour une population de 392 000 âmes dont le dossier présenté devait être assez costaud pour avoir impressionné les membres du Comité international des Jeux, auteur de la décision. Ou plutôt l’inverse. Le dossier de Madagascar a été trop léger ou trop mirifique pour être crédible. La présence du président Rajoelina à Maurice pour soutenir les athlètes et surtout le dossier Madagascar n’a pas suffi pour influencer les décideurs.
Le président du CIJ le Mauricien Gophaul s’est rendu à Madagascar récemment pour évaluer sur place le dossier de Madagascar. Et visiblement son avis a été décisif. D’abord on lui a présenté les vieilles infrastructures construites en 1990 lors des troisièmes JIOI comme le stade de Mahamasina, le stade d’Alarobia, le palais des Sports, le gymnase de Mahamasina, le gymnase d’Ankorondrano. Des sites vieux de trente ans au moins et qui n’ont jamais subi de lifting. Malgré les promesses faites par Rajoelina concernant la construction de nouvelles infrastructures, cela n’a pas rassuré le CIJ qui a préféré un projet concret aux promesses verbales.
L’état actuel de la ville d’Antananarivo est également loin d’avoir favorisé la candidature de Madagascar. L’émissaire du CIJ a été le témoin du délabrement total de la capitale, ses saletés, le désordre qui y règne, l’anarchie dans la circulation et surtout l’insécurité dont la presse en fait la une au quotidien. Difficile de faire confiance à une candidature confrontée à plusieurs problèmes.
Mais le plus déterminant aurait été le fait que 2023 est une année électorale à Madagascar. Rajoelina avait certainement cette échéance en tête et voulait refaire le coup des Barea. Le CIJ ne voulait visiblement pas hypothéquer les Jeux avec la campagne électorale présidentielle. Dès le départ Madagascar a été mis hors jeu. Et si les Jeux avaient échappé aux Maldives, ils auraient été attribués aux Comores.
Il reste à espérer désormais que Rajoelina construira les infrastructures qu’il a promises même si le 11èmes Jeux n’auront pas lieu à Madagascar. Il aura d’autres opportunités plus intéressantes que le Jeux des îles pour faire campagne à l’instar de la CAN 2021 ou le Mondial 2022. On a intérêt à finir l’agrandissement du stade de Mahamasina pour un soutien massif aux Barea dont une première qualification au Mondial constituera un sacré cheval de bataille de campagne. Le travail commence aujourd’hui.

Commenter

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter