Accueil » Actualités » Coopération – Vers la gestion décentralisée des écoles
Actualités Social

Coopération – Vers la gestion décentralisée des écoles

Le ministère de l’Éducation nationale veut renforcer la participation communautaire dans l’amélioration de la qualité et de la gouvernance de l’éducation.

Mauvaises notes des élèves ou mauvaises gestions pécuniaires  Le ministère de l’Éducation nationale va initier les communautés à prendre en main ces problématiques. À partir de l’année scolaire 2016-2017, le MEN va déléguer tout ce qui est pouvoir, autant en gestion financière qu’en gestion administrative des écoles, au niveau des communautés. Ce, grâce au projet TAFITA ou Projet d’Appui à la Gestion Participative et Décentralisée de l’École, appuyé par le gouvernement Japonais. L’accord de coopération d’une durée de 5 ans a été signé en février, par le MEN et l’Agence Inter­nationale de Coopération Japonaise (JICA). TAFITA va démarrer à Analamanga pour être appliqué à Amoron’i Mania, en 2017.
« Ce projet rentre dans le cadre de l’amélioration de la gestion des écoles et de la qualité de l’éducation », a soutenu Lalaharontsoa Rakotojaona, directeur général de l’Enseignement secondaire et de la formation de masse, hier, lors d’une réunion entre les deux coopérants, à Anosy. Un comité de gestion appelé Coopération pour la réussite de l’éducation de base ou FEFFI, sera mis en place pour bien réussir le projet. « Les membres du comité seront élus par la communauté  elle-même et le comité sera régi par un statut », a précisé notre source.

Participative
Ce comité sera composé des représentants de la commune, du Fokontany, du directeur d’école, des enseignants et des parents d’élèves. De ce fait, « Si les parents d’élèves constatent que les élèves ne maîtrisent pas une matière à la suite d’un examen, ils décideront eux-mêmes des mesures à prendre et n’attendront plus des directives du central », enchaine notre source.
Le ministère de l’Intérieur et de la décentralisation deviendra ainsi un des piliers importants de l’éducation, avec le MEN. Ce qui lui incombera de verser une participation plus conséquente pour le bon fonctionnement de l’école. D’ailleurs, « les écoles appartiennent aux collectivités territoriales décentralisées. Le MEN sert juste de tutelle », a souligné un autre responsable auprès du MEN.
Quelques maires acceptent qu’il y ait un budget alloué à l’éducation et à la santé pour chaque commune. Toutefois, ceux qu’on a joints par téléphone se sont plaints qu’ils n’ont pas obtenu cette subvention depuis quelques temps.

Miangaly Ralitera

Commenter

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter