Accueil » Editorial » Fête contrefaite
Editorial

Fête contrefaite

Aucune exception pour la fête des mères. Elle se célébrera en toute intimité dans la famille. Confinement oblige, les grands rassemblements restent interdits. La circulation reste également limitée à l’intérieur de la ville. Les mamans fêteront leur journée loin de leurs grands enfants. Une situation inédite et triste. Néanmoins ceux qui peuvent le faire ne s’en priveront pas. Beaucoup de maman sont parties avant l’heure à cause de la Covid-19.

Hier, c’était le rush dans la capitale toute la journée. A croire qu’on en avait fini avec le confinement. Des bouchons ont obstrué tous les axes d’une extrémité à l’autre de la ville. Il y a eu des queues partout, dans les banques, devant les GAB, devant les chocolateries et bien évidemment dans les grandes surfaces. Il fallait faire les courses hier étant donné que tout est fermé aujourd’hui et demain.

Les gâteaux ont dû être récupérés hier et siéger pendant deux jours dans le frigo. Ce qui lui enlèvera toute fraîcheur le jour de la fête. Mais l’important c’est la fête, les retrouvailles surtout pour ceux qui ont la chance de pouvoir se retrouver et de célébrer la journée avec l’actrice principale. Beaucoup n’ont plus cette opportunité à cause de la pandémie.

Eh oui, la Covid-19 aura rappelé l’importance de la famille, de la solidarité, de l’entraide. Certaines familles sont complètement décimées par cette pandémie ayant perdu plusieurs membres en quelques semaines voire quelques jours. On n’a jamais passé une aussi terrible épreuve. Comme disait Rabearivelo, « on peut accepter certains départs assortis de deuil, mais le pire adieu pour les vivants c’est de ne pas pouvoir se rencontrer ». Autant donc profiter de ce moment important étant donné que l’avenir n’a jamais été aussi incertain et aléatoire.

On se réjouit d’une relative accalmie de l’épidémie mais le passé a appris que le coronavirus et le capitalisme ont en commun le cycle en l’occurrence l’essor, la crise et la reprise. Attendons-nous donc à une troisième vague si on ne fait pas attention. On n’en est pas encore là et profitons du moment présent. Carpe diem et bonne fête à toutes les mamans.

Commenter

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter