A la une Faits divers

Transport illicite sur la RN4 – Deux voitures immobilisées avec dix-sept personnes

Les deux véhicules immobilisés ont été mis en fourrière à Maevatanàna.

Tentant de rejoindre Ambondromamy avec dix-sept personnes à bord, deux minibus ont été interceptés. Les passagers clandestins ont été sommés de revenir à Tana, leur point de départ.

Ils faisaient route vers Ambondro­mamy. Ils transportaient à leur bord, dix-sept passagers clandestins. Après avoir réussi à tromper la vigilance des gendarmes déployés sur une portion de route de la nationale 4, deux véhicules de marque Mercedes Sprinter ont été interceptés par les gendarmes de la brigade de police routière de Maevatanàna, à Antsakoamamy.

Les deux minibus ont été mis en fourrière. Leurs passagers, eux, ont été sommés de revenir à leur point de départ, quitte à le faire à pied, à défaut de trouver d’autres moyens de locomotion.

Les premiers éléments de l’enquête préliminaire ont révélé que les dix-sept passagers clandestins ayant fait fi de l’interdiction de déplacements de personnes entre les régions, ont quitté Mahitsy dans la nuit de mercredi à jeudi. Un premier véhicule les a conduits jusqu’à Mahatsinjo, où ils ont été transbordés à bord des deux Mercedes Sprinter, immobilisés à Antsakoamamy Maeva­tanàna. Les gendarmes de la brigade de police routière locale ont mis fin à leur périple aux alentours de trois heures du matin.

Montant exorbitant

Les passagers clandestins sont débarqués avant de franchir les points de contrôle. Se faufilant à travers les broussailles et les bois, ils contournent les barrages puis rejoignent les véhicules qui les réembarquent pour reprendre la route.

Motorisés, les gendarmes de la brigade police routière ont toutefois découvert le subterfuge.

Les passagers clandestins paient un montant exorbitant aux chauffeurs qui leur font passer les frontières. En comparaison au prix normal d’un ticket, le montant à payer est presque décuplé en raison de la multiplication des barrages et des contrôles stricts en vigueur.

Les propriétaires des minibus immobilisés ne pourront récupérer leurs véhicules qu’après s’être acquittés des amendes y afférentes.