A la une Actualités

Question à Falihery Razafindrakoto, président du réseau malgache du handicap – « Les enfants albinos méritent une dignité »

Les cas d’enlèvement d’enfants albinos inquiètent le Réseau malgache du handicap (RMH). Son président, Falihery Razafindrakoto, lance un appel de détresse.

Pouvez-vous décrire sommairement la situation critique que vivent les enfants albinos ? Les enfants albinos de Madagascar sont en danger de mort. Depuis le début de l’année, au moins cinq cas d’enlèvement d’enfants albinos ont été recensés dans la partie sud ouest de Mada­gascar. Souvent, les kidnappeurs sont arrêtés par les éléments de la gendarmerie, mais ces enfants continuent de vivre dans une situation d’insécurité totale et subissent des atrocités. Pourtant, ils méritent de vivre dignement car c’est leur droit fondamental.

Comment définissez-vous l’albinos ? L’albinos est une mala­die génétique caractérisée par l’insuffisance du pigment qui colore la peau, les yeux, les poils et les cheveux. La peau de ces enfants devient toute blanche. Les vaisseaux sanguins qui circulent dans l’iris donne à l’œil une couleur rougeâtre. Souvent, les enfants albinos ont des troubles de vision et sont très vulnérables à une forte lumière. Certaines croyances populaires disent que les albinos auraient des pouvoirs surnaturels et que l’œil d’un albinos permettrait de voir l’invisible. Cette raison favorise ainsi le kidnapping des enfants albinos dans le sud de Madagascar, de Sakaraha à Menabe, en passant par Toliara et Manja. L’albinisme pourrait affecter toutes les races mais il est particulièrement fréquent chez la population noire. Au niveau mondial, on recense un albinos sur dix-sept mille habitants.

Madagascar ne dispose d’aucun chiffre sur cette population. Peut-on se référer au handicap quand on parle de cette maladie ? L’albinisme est une expression de la diversité humaine. Mais cette différence met en danger la vie de celle ou celui qui le porte. Certaines traditions et croyances populaires les empêchent de vivre dignement et de participer pleinement à la vie de la communauté. Ils sont en situation de handicap. Au-delà des troubles de vision, les enfants albinos ont peur d’aller à l’école à cause du kidnapping. À rappeler que l’abinisme est une caractéristique humaine et il n’existe aucun traitement permettant de le guérir. Les enfants albinos ont par contre besoin de plus de protection, notamment ceux du sud de Mada­gascar.

Quelles mesures proposez-vous pour remédier à ce problème ? Le Réseau malgache du handicap (RMH) réclame plus d’enquêtes et d’éclaircissement sur ce phénomène et lance un appel pour la protection des enfants albinos. Chaque individu est différent et a le droit de vivre dignement. Le kidnapping et le sacrifice des enfants albinos sont des traditions courantes dans certains pays africains. Certains organes des enfants albinos sont vendus très chers. Est-ce que cette tradition va-t-elle arriver chez nous ? Quand est ce que les Malgaches vont accepter la différence? Qui se cachent derrières les kidnappeurs? Voilà des questions à élucider.