A la une Economie

Emploi – Certains secteurs évitent le chômage technique

Des  offres  d’emploi  à  temps  partiel  sont  encore disponibles  dans  certains  centres  d’appels.

Les grandes enseignes arrivent à garder la cadence malgré les contraintes imposées par la situation de pandémie. La plupart des entreprises sont en mode survie.

Ressources humaines avant tout. La déferlante vague de chômages techniques enregistrée ces temps-ci n’épargne presque aucun secteur d’activité. L’épidémie de coronavirus bouleverse la vie des entreprises et des salariés. Le télétravail est pour le moment la mesure privilégiée par les entreprises face au Coronavirus, mais avec la fermeture des commerces et avec l’impossibilité pour certains métiers de télétravailler, le chômage partiel est inévitable et il s’étend de jour en jour. Certaines entreprises rivalisent en terme de faculté d’adaptation face à la crise pour garder leurs effectifs intacts de manière à placer le chômage technique en dernier recours.

D’autres optent directement pour cette alternative faute de moyens. « Le gros de notre activité dépend des commandes de nos clients outremer. Les commandes que nous traitons en rapport avec le tourisme et les voyages ont subi un arrêt total. D’un autre côté, les activités de livraison et des achats en ligne sont en nette progression. Il a fallu rediriger nos ressources vers ces activités qui fonctionnent encore pour éviter de les basculer en situation de chômage » explique Julien Marchand, Président du groupement des centres d’appels de Madagascar et Directeur général de WebHelp, un centre basé à Andraharo.

Selon lui, il est primordial d’investir sur les ressources pour garder le bon fonctionnement de l’entreprise. WebHelp tourne à présent à un peu plus de 75% de sa capacité avec les mêmes charges fixes mais avec une obligation d’investissement en surplus pour assurer la sécurité de ses collaborateurs.

Survivant

Le report des recouvrements fiscaux sont loin de suffire pour garder une société à flot. Outre ces allègements temporaires du fisc, les entreprises doivent également investir dans les moyens logistiques et infrastructures pour assurer correctement la sécurité de leurs activités et surtout la santé de chacun de leurs collaborateurs. Face à cette situation inédite, les entreprises sont amenées à prendre des mesures exceptionnelles.

De nombreuses entreprises se retrouvent ainsi dans l’obligation de basculer leurs collaborateurs en chômage technique tandis que certains jonglent avec les fonds de trésorerie pour se maintenir à flot. « On maintient notre stratégie qui est de développer davantage le capital humain. Maintenir nos effectifs pendant cette période de crise malgré les mesures barrières de distanciation sociale, assurer les coûts additionnels exceptionnels non prévus comme le transport de notre personnel ou le déploiement du télétravail s’avèrent être une équation compliquée et complexe. L’exercice requiert de réels efforts d’équilibriste afin de relever ce défi et gérer la situation tant bien que mal» confie Thiaga Munusami Directeur Océan Indien de ComData, un des membres du groupement des centres d’appels du pays. Le centre qui continue de recruter malgré la crise qui prévaut présentement.