Actualités

Confinement à Toamasina – Des véhicules d’occasion bloqués

Interdiction de circuler. Des importateurs de voitures d’occasion se retrouvent encore une fois en difficulté. Si leur problème, au début de l’épidémie, était le moyen financier proprement dit pour dédouaner leurs voitures vu l’application du confinement et les charges qui ont augmenté telles que les frais de transport et les frais hôteliers, cette fois-ci c’est l’interdiction pure et simple de rejoindre Toamasina.

« Nous ne sommes pas autorisés à rejoindre Toamasina pour dédouaner les voitures que nous avons importées. Plusieurs d’entre nous subissent actuellement les aléas des frais de magasinage. Ces frais s’appliquent une fois que la franchise de trois jours accordée par la SMMC (Société de manutention des marchandises conventionnelles) expire », explique Tantely Andriana­rison, propriétaire gérant de la société Miral, importateur de véhicules d‘occasion.

Une fois que les véhicules descendent du navire, la SMMC accorde un délai de trois jours pour faire sortir les véhicules du port, règlement des frais auprès de Gasy net et autres.

À partir du quatrième jour, un frais moyen journalier de 70 000 ariary plus TVA s’appliquent pendant la première période, sans compter les coûts de location des conteneurs. Un frais qui augmente en deuxième période et au delà. Des opérateurs demandent à reconsidérer leur cas car leurs marchandises entrent déjà en troisième période. Certains d’entre projettent d’aller voir le Centre de commandement opérationnel d’Ivato ce jour, pour demander alors des alternatives.