Culture

Création Chorégraphique – « Baraingo » interroge sur les faits actuels

La Compagnie La Moustik lors de la dernière répétition à l’IFM à Analakely. 

Jour J pour présenter la nouvelle création de la Compagnie La Moustik à l’IFM ce soir. L’œuvre intitulée « Baraingo » explore l’incertitude qui nous atteint actuellement.

Une forme de remise en question. La Compagnie La Moustik présentera une nouvelle pièce dénommée « Baraingo » à l’Institut français de Madagascar ou IFM, ce soir à 19 heures. Le tableau s’inspire des réflexions philosophiques actuelles.
L’équipe a fait les derniers mis au point sur les détails scéniques, hier après-midi. La nouvelle pièce qu’elle a inventée, s’enrobe de messages traduits par un langage corporel aux figures acrobatiques.Sous l’œil de Angeluc Rehava, directeur artistique de la troupe, la précision est de rigueur. Les huit danseurs sur scène suivent ses directives. Les lumières sont ajustées afin de mettre en valeur les mouvements.

Culture hip hop
La première présentation de cette nouvelle œuvre promet bien de belles choses. « Ça fait plus de trois mois que nous sommes sur ce projet. Il nous arrive souvent de répéter jusqu’ à 2 heures du matin. C’est la raison pour laquelle il n’y a que des hommes sur scène. Cette pièce présente pas mal de nouveautés que je ne vais pas dévoiler maintenant. Il faut venir pour les voir. Baraingo, signifiant point d’interrogation, interprète l’évolution de la vie des hommes et dissèque la réalité d’un point de vue artistique. Le spectacle va durer quarante-cinq minutes et s’adresse à tout public », dévoile Linda Sabrina Faliarivao, responsable de la Compagnie La Moustik.
Faisant partie des trois fondateurs de la compagnie créée en 2003, Jean Sandro Manambina s’est chargé des chorégraphies pour ce nouveau tableau. Il vise à souligner la démarche artistique qui a fait naître La Moustik, suite aux discriminations des « battles » nationales, à son début. Explorant la culture hip hop d’une autre manière, la forme d’expression de la troupe puise sa force dans les vécus de ses membres. Ce qui leur a valu d’être la révélation du « Snipes battle of the year Montpellier », en 2018. Et « Baraingo » se veut être une réaction aux réalités quotidiennes, élaborée dans les règles de l’art de la danse urbaine.