Faits divers

Attentat électoral à Itaosy – Jet d’explosif contre des bureaux de vote

Des agitateurs ont sévi malgré le déploiement d’éléments des forces de l’ordre le jour du scrutin.

Un explosif a été lancé dans l’enceinte de l’EPP Itaosy. L’acte terroriste a été pérpétré pendant les dépouillements dans les bureaux de vote.

Des fauteurs de troubles ont frappé à Itaosy le jour de l’élection législative. Alors que les membres des bureaux de vote s’afféraient aux décomptes des voix, une explosion a secoué l’École Primaire Publique (EPP) d’Itaosy. Une bouteille lancée de l’extérieur a atterri dans la cour pour exploser. L’engin contenait de l’acide, de source auprès de la brigade territoriale de la gendarmerie nationale à Itaosy. En revanche, il ne contenait ni d’éclats ni de projectiles susceptibles de faire des victimes selon les informations communiquées.
Des personnes se trouvaient encore sur les lieux lorsque l’attentat a été perpétré. Le liquide corrosif a aspergé certaines d’entre elles mais aucun blessé n’est, en revanche, à déplorer. Les bureaux de vote installés dans l’établissement scolaire pris pour cible sont sécurisés par des éléments des forces de l’ordre qui se tiennent à l’écart des électeurs tout en surveillant les lieux, mais leur présence dissuasive a été narguée par les auteurs de l’acte terroriste.
Les agitateurs ont sévi à la tombée de la nuit aux alentours de 18 heures. Ils ont ensuite couru comme des dératés dans la pénombre, pour s’évanouir dans la nature mine de rien.

Vaine poursuite
Des recherches ont été effectuées mais elles s’avèrent jusqu’à maintenant infructueuses. Sans tarder, les éléments des forces de l’ordre postés dans les environs ont engagé une poursuite et passé au peigne fin les alentours, mais sans résultats.
L’attentat a été commis à une étape délicate du scrutin, le comptage des voix obtenues. Des éléments d’intervention sur le qui-vive sont, de ce fait, venus à la rescousse pour raffermir le dispositif de sécurité en place. Aucun autre incident n’a été signalé pendant la suite du dépouillement des bulletins et de l’acheminement des résultats.
Les forces de police et celles de la gendarmerie nationale ont ouvert une enquête mixte. Jusqu’à hier soir, aucune arrestation n’a encore été signalée. Les recueils de témoignages ont été effectués pour remonter de fil en aiguille jusqu’aux fuyards. Un rapport a été transmis au quartier général de la Circonscription Inter-Régionale de la Gendarmerie nationale à Antananarivo.

2 commentaires

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter

  • Qui saura l’auteur en voici la question qui se pose ! Une analyse sa sera bien sur les candidats qui aime le désordre et bien évidement les perdants! C’est un acte de terrorisme envers les électeurs envers l’élection pour éviter ceci! Une fois que sa recherche soit faite l’auteur doit être puni de la sorte…

  • Quelque soit le résultat, il nous faut un moment d’apaisement et de l’accalmie totale. Madagascar est encore malgré tout vive dans une soudure que ce soie politique et économique et on a besoin d’un vrai changement et de développement.