Accueil » Politique » Madagascar-Japon – Des perspectives prometteuses
Politique

Madagascar-Japon – Des perspectives prometteuses

L’ambassadeur du Japon et les membres de l’AEMAJA.

L’Association économique Madagascar-Japon, AEMAJA, organise sa semaine économique depuis hier. Le programme est assez copieux et dense. Avec des descentes sur le terrain à Toamasina.

« Il n’est plus à prouver qu’entre le Japon et Madagascar, la potentialité du bénéfice que nous pouvons mutuellement puiser de notre coopération, reste immesurable. Pour que cette potentialité soit pleinement exploitée, il reste quand même encore beaucoup à faire au niveau des échanges entre nos deux pays sur tous les plans, que ce soit économique, culturel ou social ». Cette déclaration de l’ambassadeur du Japon, Yoshihro Higuchi, hier au Novotel lors de la cérémonie officielle de la semaine économique entre le Japon et Madagascar, sous l’impulsion de l’AEMAJA, résume assez bien la situation qui prévaut entre la Grande île et le pays du Soleil levant.

Abondant dans le même sens de la nécessité de consolider ces relations amicales qui célèbrent cette année leur soixantième anniversaire, Andonirina Ratodisoa, président de l’AEMAJA, a révélé « qu’il existe de nombreuses niches inexploitées. Par exemple, rien que pour la baie rose, en grande quantité dans la région du Bongolva, le Japon peut importer 300 tonnes. Nous ne pouvons en produire qu’une. L’AEMAJA peut alors jouer le rôle d’interface entre les producteurs, les exportateurs malgaches, d’un côté, les autorités japonaises et les investisseurs nippons, de l’autre. Nous avons la terre, les matières premières qu’il faudra valoriser, afin de mieux servir l’économie nationale. Nous sommes prêts à accompagner ces opérateurs malgaches à percer sur le marché japonais ».

Il poursuit :« À part les grandes infrastructures comme l’extension du port de Toamasina, financée par la coopération japonaise, qui deviendra le plus grand dans notre région, des investisseurs privés japonais opèrent déjà dans la culture du cacao, du girofle ou de la vanille. Sachant que le Japon est aussi un gros client pour les huiles essentielles et les épices ». Pour plus d’efficacité et pour asseoir sa notoriété déjà acquise, l’AEMAJA, va bientôt se transformer en Chambre mixte.

« Une mutation rendue nécessaire par le nombre sans cesse croissant de ses membres. De cinq au départ à cinquante cinq aujourd’hui, après cinq ans d’existence. Cette semaine économique coïncide avec cet anniversaire. Des grosses entreprises aux PME, l’AEMAJA regroupe plusieurs branches d’activités. Et ceux qui veulent nous rejoindre seront reçus à bras ouvert » tenait à souligner Andonirina Ratodisoa.

Dans son allocution, Yoshihiro Higuchi a rappelé ses six suggestions pour améliorer le climat des affaires, lors du Madagascar Japan Business Forum de 2021: l’accord international de l’investissement, l’intégration à la zone de libre échange du continent africain, Zlecaf, la stabilité et la transparence du cadre juridique et institutionnel, le système médical fiable dans le contexte du business international, la mise en place d’un mécanisme facilitateur pour les investisseurs potentiels, et le transport aérien international.

Après l’ouverture officielle, les débats à thèmes ont aussitôt commencé. Hier il a été abordé « les enjeux économiques face au changement climatique et à l’émission de carbone, l’Horeb, un modèle de développement durable, investissement et commerce », avec des intervenants qui ont maîtrisé leurs sujets. La semaine prochaine, une descente sur Toamasina sera effectuée.

1 commentaire

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter