Accueil » A la une » Belo-Sur-Tsiribihina – Un caporal exécute une adolescente enceinte
A la une Faits divers

Belo-Sur-Tsiribihina – Un caporal exécute une adolescente enceinte

La charrette sur laquelle la victime était assise.

Une mineure, enceinte de cinq mois, a froidement été tuée par un caporal de la 510e compagnie de Belo-sur-Tsiribihina, lundi soir.

UN caporal en service à la 510e compagnie de Belo-sur-Tsiribihina a abattu d’une balle une adolescente enceinte de cinq mois. Ce crime qui dépasse l’entendement a eu lieu lundi vers 18h, à Bemangily I, commune d’Ankalalobe. Le militaire et tous ses collègues ont reçu l’ordre de rentrer dans leur caserne pour pouvoir établir le dossier disciplinaire qui s’impose. À présent, les observateurs gardent les yeux rivés sur le ministère de la Défense nationale si l’autorisation de poursuivre pénalement le tireur va être délivrée ou pas. Le chef de fokontany de Bemangily I n’avait avisé la gendarmerie de Berevo qu’à 20h. Le caporal était en effet dans son village pour une mission relative au détachement d’appui à la sécurité (DAS).

Décédée sur le coup

Des gendarmes sont arrivés le lendemain pour le constat. Les premiers éléments de l’enquête révèlent que l’élément de l’Armée tait absent pendant quelques jours. C’est à son retour, lundi, qu’il s’est déchaîné. Il était saoul, tout étant en tenue et armé. Il parlait à haute voix et faisait en même temps des tirs en l’air. Il cherchait un certain Germon, l’adjoint du chef fokontany. Il a ensuite essayé d’appréhender un civil qu’il croyait l’avoir filmé avec son portable. Il a échoué.

Furieux, il est revenu et s’est tourné vers la mineure assisse sur une charrette. Il l’a agrippée par ses cheveux et amenée dans son dortoir. À l’intérieur, il l’a forcée à se mettre à genoux. Puis, il s’est servi de son fusil pour tirer sur son épaule droite. La balle est sortie par son sein gauche. Elle est décédée sur le coup. Après son forfait, le caporal a rendu compte à son chef, un adjudant, lui affirmant qu’il venait de neutraliser un dahalo. Le gradé, à son tour, a informé le chef fokontany. Ensemble, ils ont constaté de visu le corps sans vie.

Ils ont bel et bien vu une femme et non un homme. La famille a récupéré la défunte pour les funérailles. Le capitaine, commandant de la 510e compagnie, a regroupé tous ses éléments et leur a dit de rejoindre immédiatement le camp. Affaire à suivre.

Commenter

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter